Le citoyen du monde, Franck Nicolas, vise la musique solaire.
France Musique
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| Télé Gwadloup | Jazz | Franck Nicolas  Vu 3644 fois
Article N°24216

Le citoyen du monde, Franck Nicolas, vise la musique solaire.




Même si ses initiales sont F.N, il prône depuis toujours l'amour et la fraternité entre les peuples. Atteint par le coronavirus pendant la crise sanitaire, il revient au devant de la scène toujours avec des toujours des idées révolutionnaires. Cette fois-ci, l'artiste vise la musique solaire avec le jazz-ka et rien que ça. Un petit pas pour Franck Nicolas, un grand bond pour l'humanité.


Télé Gwadloup : Alors Franck, selon les infos, les affaires reprennent le 1er septembre, pour le monde du spectacle ?
Franck Nicolas : Personnellement les affaires ne se sont jamais arrêtés, y compris pendant la période du confinement. Alors que j’étais atteint du coronavirus, j’ai eu une force spirituelle intérieure qui m’a permis à continuer à composer et à réfléchir à de nouvelles idées artistiques pour l’avenir. Je n’ai jamais  arrêté et au contraire, j’ai créé une page Master Classe pour mes élèves.  Cette page a été comme un accumulateur de bonnes énergies  car un grand nombre de grands musiciens sont venus s’y exprimer, notamment Alain Jean Marie, Mario Canonge, Olivier Ker Ourio, Stéphane Belmondo, Manuel Rocheman, Linley Marthe, Laurent De Wilde, Jacques Schwarz-Bart, Jean-Phillipe Fanfant, Thierry Fanfant , Félix Sabal Lecco, Grégory Privat, Arnaud Dolmen , Chyco Simeon et bien d’autres. Autant pour moi la musique se fait ici et maintenant, je ne fais pas la différence entre un concert sur scène et des compositions que je créé chez moi.
T.G : Quelles ont été les aides de l'Etat pour les intermittents ?
F.N : Je sais qu’il y a eu plusieurs sortes d’aides mais la seule que j’ai retenu, c’est le fait qu'il y aura une année blanche pour les intermittents du spectacle. A savoir qu’on va toucher nos indemnités jusqu’en 2021.
T.G : Pense-tu que tout va redevenir comme "avant" ?
F.N : Non. Cette catastrophe qui s'est abattu sur la planète, nous prouve qu’il faut réfléchir différemment. Beaucoup ne comprennent pas. Surtout les gouvernements et ceux qui ont le pouvoir, veulent revenir au monde d’avant !  En réalité il faut réfléchir différemment et se tourner vers l’avenir. Etre respectueux envers l'environnement. Nous ne sommes qu’un grain de sable dans l’univers et il faut en prendre conscience. (ndlr : Pascal)
T.G : ...Et le digital qui s'installe de plus en plus dans notre vie quotidienne et aussi dans la musique. Comment compose-tu avec ?
F.N : Je ne suis pas un grand spécialiste. Par compte quand je me sers d’un matériel j’apprends vraiment à l'exploiter au maximum, comme  Protools pour la musique ou iMovie pour les vidéos. Et bien sur mon iPhone qui me sert de caméra.
T.G : Tu as sorti un dernier album en faisant hommage à un artiste Africain. Peux-tu nous en dire davantage ?
F.N :  Ce n’est pas un album, c’est juste une vidéo comme plein d’autres où j’ai fait un hommage à la Réunion, au Japon à la Chine et à demain à l’Inde. Je suis un musicien qui vit sur la planète terre et qui s’intéresse à toute  à les cultures différentes, mais surtout au cosmos.
Pour beaucoup de gens : Franck Nicolas représente le jazz-ka et conque de lambi. Mais le jazz ka , le jazz bèlè , le jazz Kalina ( jazz avec les conques ) n’ont été que des étapes. Je me dirige vers d'autres expériences artistiques et mon objectif est d’atteindre la musique solaire ! Musique complexe basé sur la spiritualité ou le Soleil a toute la place qu' il lui revient, car nous lui devons la vie.
T.G : Quels sont tes projets en vue ?
F.N : Je prépare  de nouveaux concepts musicaux ou pédagogiques. Mais comme j’ai des idées assez poussées je ne les dévoile pas car je ne garanti pas la réussite. Donc je préfère en parler quand ils seront finalisés.
T.G : Ok ok ! Alors parle nous de tes récentes réalisations...
F.N : La toute dernière réalisation a été le Jazz-Kalina ( c’est-à-dire le Jazz avec les conques de  lambis. En instruments de percussions au choix ou en instruments à vent ). C’est un album où participent un grand nombre de musiciens qui ont voulu me soutenir après ma grève de la faim de 2018.
T.G : Ah oui, cette fameuse grève... Franck Nicolas artiste engagé ?
F.N : Sur ce plan là j’ai toujours été rebelle à tout ce qui est établi ou a des systèmes qui favorise certaines ethnies et pas d’autres. Effectivement je me bats avec mon art qui délivre un message de tolérance de paix d’amour et de fraternité. Je me définis comme un être hybride donc ma musique aussi est hybride.
T.G : Michael Jackson aussi.
F.N : Ah, peut-être bien ! En tout cas j’aime marcher hors des sentiers battus. Prendre un sabre et me frayer le chemin d’un nouveau sentier artistique au milieu d’une forêt vierge. Telle est ma mission.
T.G : N'en déplaise aux médias qui doivent contribuer à ta promo ?
F.N :  Depuis le début de ma carrière, j’ai eu la chance d'être compris par des  journalistes connaisseurs qui ont souvent parlé de mon travail en des termes dithyrambique.
T.G : On constate un recul du zouk au profit de la musique jazz, gwo-ka ou jazz-ka, du moins au niveau de la créativité...
F.N : Les styles de musique sont souvent liés à des phénomènes de mode. Donc chaque époque a son style de musique. Mon rôle est d’innover pour créer la musique de l'avenir. Aussi, j’ai un parrain qui me suit de près : Monsieur Pierre Edouard-Décimus, qui me supervise dans tous mes nouveaux projets.
T.G : On espère te voir bientôt sur nos scène
s antillaises ?
F.N : Le 22 août au mémorial Acte si tout va bien.
T.G : C'est noté. Salut l'artiste !
F.N : Merci  de m’avoir écouté. Je voudrais juste délivrer un message : Oui le monde a changé après le Coronavirus. Il faut donc aller à l’essentiel, vivre dans l’amour et essayer d’attraper le bonheur tant qu’on est vivant. Vive l’art qui nous rend heureux. Bien entendu j’ai de grosses pensées pour mes compatriotes Antillais. Surtout en ce moment avec les événements racistes actuels. Nous avons une telle richesse culturelle qu’il serait dommage d’oublier à quel point nous  sommes riche intérieurement.  Et pour tous ceux qui me suivent, je  leur annonce que des surprises les attendent dans un avenir très très proche.
contact@francknicolas.com : 06 77 17 29 86




 

Alain THETIS

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant