Solitaire URGO - LE FIGARO 2019 : pour cette 50ème édition ... Ça promet ! @LaSolitaire_50e
| Michel Lecomte - Journaliste | Voile | Solitaire URGO - LE FIGARO 2019  Vu 6151 fois
Article N°22792

Solitaire URGO - LE FIGARO 2019 : pour cette 50ème édition ... Ça promet ! @LaSolitaire_50e

On savait le plateau exceptionnel, on pariait volontiers sur la fougue du nouveau Figaro Bénéteau 3…  En deux heures de spectacle de haut vol sur les 11 milles du parcours en baie de Pornichet, les 47 skippers dont 5 femmes et 7 étrangers, ont montré que l’on n’a pas fini de se régaler sur cette cinquantième édition de la Solitaire URGO Le Figaro. D’autant que la route est longue jusqu’à Kinsale via Bourgenay et le Fastnet (550 milles) avec un scenario météo incertain qui promet une première nuit blanche et d’autres à suivre…

Le coup de canon a retenti comme prévu à 16 h 25 au large de Pornichet, libérant les 47 concurrents sous un ciel plombé et un petit medium. Des conditions qui permettaient à chacun d’être parfaitement évolutif à l’image de Yoann Richomme (Hellowork-Groupe Télégramme) et Gildas Mahé qui n’hésitaient pas à provoquer leurs concurrents à la bouée par un splendide départ bâbord.

       Crédit photo: Alexis Courcoux

Le spectacle était bel et bien au rendez-vous et après moins de deux heures  de course, Morgan Lagravière (Voile d’engagement), Adrien Hardy (Sans Nature, pas de Futur) et Gildas Mahé (Breizh Cola Equithé) composaient le podium provisoire à la bouée Radio France au sortir de l’estuaire de la Loire.  Des changements de voile, une série d’empannages et d’engagements dans un mouchoir à la bouée spectacle devant la digue de Pornichet, … les plaisanciers qui avaient fait le déplacement ne boudaient pas leur plaisir.

L’ordre de passage à la bouée  Radio France et le brassage dans les positions montraient que jeunes et moins jeunes, tour-du-mondistes, spécialiste de la voile légère ou tout simplement abonnés de la Solitaire avaient tous leur mot à dire. Le match tant espéré des jeunes et des quinquas, prenait aussi tout son sens lorsque l’inspiré Michel Desjoyeaux (Lumibird) empannait plus tôt que ses concurrents et recollait à la quatrième place en fond de baie.

Et mis à part un bref arrêt au stand de Damien Cloarec (@Damien Claoarec Skipper) pour régler un problème d’électronique et un joli coquetier de Cécile Laguette (Eclisse), qui peinait à reprendre sa route, aucun concurrent ne restait sur la touche…


Une long dimanche de campagne
C’est tôt ce matin que cette première étape avait réellement commencé. Réveil à six heures, étude des nouveaux fichiers météo entre café et croissants, il était déjà temps de rallier le quai de la Fosse pour larguer les amarres  à  8 h 30, marée oblige.  Et saluer une dernière fois la ville de Nantes, où 90 000 spectateurs ont répondu à l’appel tout au long de la semaine pour un départ qui restera dans les annales. Les 38 milles de procession sur la Loire sous une belle lumière se déroulaient sans anicroche et c’est sur le coup des 14 h00 que les premiers s’ébrouaient dans l’Atlantique.  Des fourmis dans les bottes, les 47 skippers rejoignaient la zone de plombage avant de se retrouver définitivement en conditions de course vers 15 h00.


Nuances de gris
Place à la course et à la stratégie maintenant. Après avoir craint en milieu de semaine qu’ une vilaine dépression s’invite sur la mer Celtique, les modèles ont retourné leur veste. Grise et pluvieuse, l’étape devrait être modérément ventée, spécialement sur la dernière partie du parcours. Et les solitaires pourraient attendre quatre jours complets avant de hisser le pavillon de courtoisie de la République d’Irlande…  « Le scenario est établi jusqu’à la pointe de Bretagne, mais après, c’est plus incertain. Ça va être long et cette étape pourrait déjà faire peser son empreinte sur la course  » expliquait en connaisseur Yann Eliès qui pointait ce soir en 16ème position.


Dès cette nuit, les concurrents vont être servis par des conditions où il faudra savoir finasser. Le paresseux front froid qui passe sur la flotte fera place demain matin à une petite dorsale. « Le vent va commencer à mollir en approche de Noirmoutier » prédisait avant le départ par VHF Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) « Dans la nuit noire avec peu de vent et la pluie sous spi, ce n’est jamais simple et on s’attend à une zone de transition après Bourgenay ».
Port Bourgenay, premier passage à niveau ? Verdict au lever du jour au large de la Vendée, point d’inflexion le plus méridional de l’ensemble du parcours de cette 50ème Solitaire URGO Le Figaro.


 







Passage à la bouée Radio France :

1- Morgan Lagravière - VOILE D’ENGAGEMENT
2- Adrien Hardy - SANS NATURE, PAS DE FUTUR !
3- Gildas Mahé - BREIZH COLA / EQUI'THE
4- Michel Desjoyeaux - LUMIBIRD
5- Alexis Loison - REGION NOMRANDIE
6- Pierre Quiroga - SKIPPER MACIF 2019
7- Yoann Richomme - HELLOWORK - GROUPE TELEGRAMME
8- Armel Le Cléac’h - BANQUE POPULAIRE
9- Alain Gautier - MERCI POUR CES 30 ANS
10- Jérémie Béyou - CHARAL







                                                                                                                                                                                 Crédit photo: Alexis Courcoux    
 


Michel Lecomte

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant