Benoit Biteau Eurodéputé : ''Lactalis, le beurre et l’argent du beurre'' @BenoitBiteau
Saint-Pathus
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| Benoît Biteau | Filière laitière | Lactalis  Vu 34387 fois
Article N°24192

Benoit Biteau Eurodéputé : ''Lactalis, le beurre et l’argent du beurre'' @BenoitBiteau

Le 11 juin un article du Monde révèle une annonce faite par Lactalis. Le géant français du lait va baisser le prix moyen du lait payé aux producteurs, celui-ci passant à 315€/tonne contre 333€/tonne au premier trimestre. Alors que les agriculteurs de la filière se remettent du choc de la pandémie, cette annonce démontre une fois de plus tout ce qui va mal dans le système alimentaire agro-industriel.




 


Lactalis collecte aujourd’hui presque un quart du lait produit en France ce qui lui confère une position totalement dominante dans la filière. L’entreprise peut donc dicter ses prix aux agriculteurs. Ces asymétries énormes de pouvoir économique conduisent à une pression économique terrible pour les producteurs, à la merci de la moindre décision du groupe. Entre 2014 et 2017 la fortune personnelle de la famille Besnier (Lactalis) a grimpé de 38.1% tandis que le revenu des producteurs lui baissait de 42,1%, provoquant de nombreuses faillites, voir des suicides… (cf ci-dessous article de BastaMag). Lors de cette période de crise laitière les acteurs de la poudre de lait ont en outre bénéficié de subventions cachées de la part de l’Union Européenne en spéculant sur les stocks publics de poudre de lait européens (cf ci-dessous article d’Agriculture & Stratégies).

C’est parce que cette situation est scandaleuse et que je crois intimement qu’il y a urgence à revaloriser économiquement (entre autres) le métier de paysan que je me bats dans le cadre du règlement de la PAC sur l’Organisation Commune des Marchés :

✅ Pour des contrats qui prennent enfin en compte de façon obligatoire les coûts de production. Dans quel autre domaine économique peut-on imaginer vendre de façon quasi-constante à perte ?
✅ Pour une transparence accrue de la gestion de stocks publics de poudre de lait. Qui peut supporter que les grands industriels du lait fassent du profit sur de l’argent public ?
✅ Pour des outils de régulation européens renforcés. La constitution de stocks n’est pas la bonne réponse, il faut pouvoir mettre en place en cas de crise une réduction obligatoire et coordonnée de la production au niveau européen.

Je ne désespère pas de convaincre un nombre suffisamment important de mes collègues de s’attaquer de façon plus structurelle au problème. Il faut que nous remettions en question le dogme productiviste du modèle agricole dominant. Celui-ci s’est retourné contre les paysans.

L’Etat et les entreprises les ont poussés à investir, à s’agrandir et à augmenter les rendements, mais dans quel but ? Pas celui de les enrichir. Ils ont produit plus pour gagner moins. La seule solution pour s’en sortir ? S’agrandir toujours plus, s’endetter pour investir toujours plus et rester « compétitif ». Pendant ce temps, ici comme ailleurs dans le Sud, les paysans disparaissent.

C’est le système agro-industriel qui est responsable de la quasi-extinction des paysans.
Réguler la production et la répartir équitablement c’est bon pour les paysans, pour les campagnes et pour l’environnement aussi.

Alors qui sont les vrais agribasheurs ?

Pour aller plus loin :
’ L’article du Monde : https://www.lemonde.fr/…/lactalis-va-baisser-le-prix-du-lai…
’ BastaMag, « Pendant que les éleveurs agonisent, les grandes familles du lait amassent des milliards » : https://www.bastamag.net/Pendant-que-les-eleveurs-agonisent…
Š Agriculture & Stratégies, « Stocks de poudre de lait : la stratégie de la Commission a coûté 2,3 milliards d’euros aux éleveurs européens » : https://www.agriculture-strategies.eu/…/stocks-de-poudre-d…/
¥ Cash Investigation, « Produits laitiers – où va l’argent du beurre ? » : https://www.youtube.com/watch?v=ZRfTmHblbjg


Océane MARIEL

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant