Benoît Luisière «Les dimanches sont conformes, les écarts ordinaires»
| Toulouse | Photographie | Actualité  Vu 22161 fois
Article N°16509

Benoît Luisière «Les dimanches sont conformes, les écarts ordinaires»

Exposition jusqu'au 18 septembre 2016 -Le Château d’Eau -1, Place Laganne -31300 Toulouse

Benoît Luisière. «Les dimanches sont conformes, les écarts ordinaires»
 
Benoît Luisière à pour habitude de faire dans le banal, l’anodin, l’anonyme, c’est là qu’il trouve sa matière créative. Ainsi, doucement, humblement, sans tapage, cet artiste Midi-Pyrénéen, série après série, construit une œuvre qui brille de tout son humour et de sa pertinence intellectuelle.
 
Luisière aime les photographies sans qualité, dites «pauvres». « Leur maladresse dévoile sans artifice ni détours les intentions des protagonistes du rituel photographique : composer une fiction par petits mensonges consentis», dit-il. Pour alimenter sa démarche, il photographie, il scrute des albums de familles anonymes, collecte des photos rudimentaire ou absurdes sur Internet, il se réapproprie l’image de personnes inconnues et s’intalle à la place du principal protagoniste, ou, comme plus récemment, tel Zelig dans le film de Woody Allen, il procède à un échange d’identité.
 
Interrogeant ainsi les pratiques populaires de la photographie, il questionne la relation à l’Autre : celui qui dérange ou inquiète, mais qui nous définit, et dans le regard duquel se révèlent peut-être nos propres contradictions, faiblesses ou obsessions.
 
Sa pratique ne s’arrête pas là. Au fil des jours, dans le chaos du réel, son œil est attiré par des objets anodins, comme des banderoles de réclame, une jardinière municipale oubliée sur un trottoir anonyme, un panneau de signalisation solitaire.
 
Ces clichés s’accumulant au fil des collectes dans ensembles en sorte de clin d’œil révèlent un monde dérisoire et bancal dans lequel pourtant on vit.
 
Dans ce reflet incertain, toutes sortes de quiproquos deviennent possibles et entraînent la complicité souriante des spectateurs.
 
Cette exposition est l’occasion de mettre en écho, pour la première fois, différents ensembles de ce photographe.
 
J’aime les photographies sans qualité, dites «pauvres». Leur maladresse dévoile sans artifice ni détours les intentions des protagonistes du rituel photographique: composer une fiction par petits men-songes consentis. Nous savons bien que la photographie n’est qu’une histoire de malentendus et pourtant, paradoxalement, nous semblons prédisposés à nous laisser bercer par les illusions qu’elle crée.
 
Une partie de mon travail consiste en une réappropriation de l’image de personnes inconnues. Pour cela je scrute des albums de familles anonymes, je collecte des photos rudimentaire ou absurdes sur Internet, ou, plus récemment, je procède à un échange délibéré d’identité.

D’une part, j’agis comme le caméléon qui parcourait des forêts d’images dans un mouvement d’aller-retour oscillant entre nécessité sociale de s’adapter et affirmation d’une identité kaléidoscopique. D’autre part, j’interroge ma relation à l’Autre : celui qui dérange ou inquiète, mais qui nous définit et dans le regard duquel se révèlent peut-être nos propres contradictions, faiblesses ou obsessions. Et dans ce reflet incertain, toutes sortes de quiproquos deviennent possibles. Et si la photo graphie permettait de nous en affranchir avec fantaisie ?
 
Benoît Luisiere
 
Repères Biographiques
Benoît Luisière est né en 1972 et habite dans l’ Ariège, à Pamiers.
 
Documentaliste de formation, il collectionne depuis 2011 des photographies de famille. Pratiquant l’autoportrait et le photomontage, il construit ses photographies comme de petits théâtres, explorant nos jeux et rituels photographiques, qu’on soit  en famille, en vacances...
 
AVEC LE COLLECTIF F DE PHOSPHÈNE:
 
2006: «L’état du monde ». Traverse vidéo, Toulouse.
2008: «No(s) Limites». Galerie Saint-Cyprien,Toulouse.
2010: «Images improbables». Centre d’Art et de Photographie de Lectoure, Festival Cheminement.
TRAVAUX PERSONNELS:
2012 : «J’ai posté Céleste sur Flickr» - Printemps des poètes, Pamiers. 2012: «Un autre Je» Galerie Unlivre-Une image, Paris.
2013 : «Se/Ce souvenir» - Marseille Provence 2013, galerie La Jetée/JE 2014 : «Un Autre jeu» - La
Conserverie, Metz.
2014 : «Un Autre jeu» et «Lapsus» - Galerie d’établissement, Collège Lakanal, Foix.
2015 : «Shadows & Flamingo», Cosmos Arles Book , RIP Arles. 2015 : «En écho» à Hippolyte Bayard, Les photaumnales, Beauvais. 2015 : «Se tenir», exposition participative. La Conserverie, Metz. 2015 : «Power & Illusion» - Encontros da Imagem, Braga-Portugal. 2015: «Time» Kathmandu Photo Festival. 2016 : «Les dimanches sont conformes, les écarts ordinaires» - Le Château d'Eau - ToulouseÁ venir : juin 2016 : Biennale de la photographie de Mulhouse; été 2016 : L’Imagerie, Lannion.
 
PARUTIONS
- Cleptafire n°2, juin 2013.
- Images Magazine n°60, sept 2013.
- « Coïncidences / Faune », Le Tigre n°41.
- « Comme un soleil de denière minute », Le Tigre n°40.
- GUP magazine, portfolio 22/07/15.
- Der Greif, sélection Erik Kessels, Guest-room, octobre 2015.
- Phases Magazine, «Une promesse de papillon », décembre 2015.
 
ÉDITION
- «Un Autre Jeu». Filigranes Éditions, Paris, octobre 2014.
- « Homecoming », Galerie2600, Arles, 2015

plus d'information : http://www.galeriechateaudeau.org


crédit photo : «Dobermans» Série Un autre jeu © Benoit Luisière

CP Galerie Château d'eau

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant