GlobalGeoNews /  Léon Lef Foster : « Dans l'Affaire Fillon, il n'y a pas eu de zèle particulier des magistrats »
Ile-de-France
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| GlobalGeoNews | Société | Divers  Vu 32008 fois
Article N°24258

GlobalGeoNews / Léon Lef Foster : « Dans l'Affaire Fillon, il n'y a pas eu de zèle particulier des magistrats »

Reuters

La 32 ème chambre du tribunal correctionnel de Paris a rendu son verdict : François Fillon, son épouse Pénélope ainsi que Marc Joulaud ont été reconnus coupables dans l'affaire dite « des emplois fictifs », de détournements de fonds publics et d'abus de biens sociaux.  Maître Léon Lef Forster exerce depuis plus de 40 ans en droit pénal. Il décrypte la procédure qui a mené à ce jugement.  Entretien conduit par Catherine Massaut.


GGN : Que pensez-vous du zèle inédit de la magistrature qui a abouti à la mise en examen de François Fillon en pleine campagne présidentielle en un temps record ?

Léon Lef Fortser : Il ne s'agit pas d'un zèle particulier, cela arrive dans beaucoup de procédures qui ne sont pas de nature politique ou politicienne. Rien n'interdit à ce que les nécessités de l'actualité et de la justice se fassent dans des conditions de délai raisonnable. On ne peut pas considérer qu'un délai raisonnable n'ait pas été appliqué dans la mesure où la personne a eu tous les moyens pour se défendre. Il importe de souligner qu'il s'agit dans un premier temps d'une enquête préliminaire. Or, elle n'aboutit pas nécessairement à un déferrement devant des magistrats instructeurs où les droits, là, sont respectés, où la défense de soulever tous les moyens nécessaires sont respectés et où la mise en examen n'est pas automatique puisque la personne peut être placée sous le régime de « témoin assisté ».  Cela lui permet d'avoir accès à la procédure, ce qui est un droit de la défense.

GGN : Peut-on dire que l'élection présidentielle de 2017 - qui ouvrait un boulevard à François Fillon -, a été « volée » aux français ?

Léon Lef Fortser : Absolument pas. Rien ne permet de dire qu'il y avait un « boulevard ouvert ». Les élections l'ont montré, le score extrêmement étriqué entre les candidats le prouve. Il ne semble pas que les Français aient été impactés par la situation judiciaire. Ils l'ont été par la confrontation et la comparaison des programmes présentés. (...) 


Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur GlobalGeoNews.com


Catherine Massaut

Lien :https://www.globalgeonews.com/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant