Citoyen et Numérique : Une véritable transformation de notre écosystème @citoyensdumonde
| LVIC | Smart-City | Actualité  Vu 95046 fois
Article N°22254

Citoyen et Numérique : Une véritable transformation de notre écosystème @citoyensdumonde

Je ne souhaite pas polémiquer sur la situation d'aujourd'hui (les gilets jaunes etc.…) mais quand même voilà ce que j'ai pu observer en toute modestie même si ce n'est pas la première fois que je m'exprime sur le sujet dont je vais vous parler plus bas...

 
 

Bonjour cher réseau,

Cette situation ne date pas d'aujourd'hui, je pense que nous assistons à la fin d'un système, un système arrivé à bout de souffle !

Nous sommes aujourd'hui gouvernés par le monde de la finance.

C'est un système de production dont les fondements sont : l'entreprise privée et la liberté du marché.


Nous parlons d'un ensemble d'éléments regroupant la production, la répartition et la consommation des richesses indispensables à la vie d'une collectivité humaine.

C'est à la fois un système économique, mais aussi une organisation sociale.

Aujourd’hui le système économique domine le monde, Nous l’appelons « la mondialisation ».

Le capitalisme depuis sa création en tant que système économique et social de production, est régulé par le marché.

C'est tout simplement l'offre et la demande à dimension locale, nationale ou internationale. Tout cela gouverné par la « Bourse », appelée également « marché financier ».

Le marché fonctionne comme une sorte de « main invisible » qui guide les intérêts individuels vers la satisfaction des besoins de la collectivité.

Malheureusement, il y a un gouffre entre les paroles et les actes...

Si on s'arrête 2 min sur la dette : D'un côté on nous dit qu'il faut désendetter les états et de l'autre, on continue d'emprunter des milliards tous les jours sur les marchés financiers.

A qui la faute ? Aux citoyens qui veulent garder des services publics efficaces sans payer plus puisqu'ils paient déjà beaucoup.

D'autres qu'ils disent, faut revenir sur certains acquis sociaux mais c'est mieux si l'on « sucre » ceux du voisin plutôt que le nôtre.

Ou encore de grandes entreprises qui font de « l'optimisation » fiscale et qui proportionnellement à leur taille, parviennent à payer moins d'impôts que les PME et les TPE.

Nous pouvons également rajouter à cela un système éducatif complètement obsolète et une innovation qui est en panne à cause d'une mauvaise utilisation des outils qui nous sont proposés aujourd’hui.

On emprunte en espérant que le système tiendra assez longtemps pour « refiler le bébé » au prochain gouvernement et cela dure depuis plus de 30 ans.

Je n'ai pas forcément une réponse dans l'immédiat et elle doit être à mon sens partagée et débattue ensemble.

 Il y a une nécessité de voir émerger un nouveau système qui permettra de rééquilibrer les richesses et ainsi vivre mieux ! Pourquoi pas une gouvernance d'une partie des citoyens.... Une sélection de tout bord. Tout simplement redonner la parole aux citoyens.

Construire dès maintenant notre nouveau modèle de société qui aura comme principal objectif l'Humain en son centre.

Nous pourrions parler d'une économie collaborative et participative : dont on pourrait appeler la « Troisième Révolution Industrielle ».

Des exemples que je propose pour illustrer mes propos :
  • Le covoiturage: économie d'énergie, diminuer les problèmes de santé et d’environnement, le partage etc… .
  • Du «  airbnb »: location de courtes durées d'appartements entre particuliers.
  • Du « bookalokal »: repas chez l'habitant pour rencontrer de nouvelles personnes ou découvrir la culture locale lors de son passage dans un pays.
  • D’échange entre particuliers de biens : voiture, logement, parking, perceuse, etc… de connaissances (cours d’informatique, communautés d’apprentissage, etc.), avec échange monétaire (vente, location, prestation de service) ou sans échange monétaire (don, troc, volontariat).
  • Alimentation : groupements de consommateurs, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), co-restauration
  • Logement : location entre particuliers, colocation, échange d’appartement, habitat participatif
  • Équipement divers : vente ou achat de matériel d’occasion, don, prêt, échange ou location de matériel ou appareil
  • Mobilités : location de véhicules entre particuliers, échange ou revente de billets de transport, covoiturage, livraison collaborative, voiture de tourisme avec chauffeur (VTC).
Bousculer les modèles existants tant pour les consommateurs que pour les entreprises.

Nous devons remettre de la cohésion entre les usages et le besoin.

Le numérique devra contribuer à mesurer autrement la richesse, mieux orienter les activités humaines, à organiser le partage et la mutualisation des ressources, à réorganiser des secteurs entiers autour de ressources renouvelables, à s'orienter au mieux vers des circuits courts ou « circulaires » et à développer d'autres imaginaires que celui de la consommation. Idem sur notre façon de communiquer !

J’utilise la plateforme numérique française Smartrezo.com car c’est l’esprit qu’a voulu donner son président.


La vraie question est voulons- nous changer ? c’est vraiment la question que je souhaite vous poser ?

Bonne journée à toutes et à tous.
 
 

Tony Canadas

Lien :https://smart-city.smartrezo.com/n31-france/index.html

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Gaelle-Laborie :14/02/2019 10:11:56 Mais ne pouvons-nous pas espérer que ce processus s'essouffle et que nous prenions conscience que nous pouvons à notre échelle de citoyen inverser la tendance ? (je suis plus optimiste que vous)
  • Marcel :12/02/2019 17:53:40 " La vraie question est voulons- nous changer ? " Je connais peu d'exemples historiques où les changements ont émané des individus. Par contre, sans remonter au delà du début du vingtième siècle qui comme vous le savez a réellement débuté en août 1914, les guerres mondialisées ( je fais exprès d'englober les guerres dans le processus de mondialisation ) ont réellement changé le monde. Désolé pour cette remarque peu optimiste !