Chalabre, Aude : le petit commerce de proximité chez Loic #commerce de proximité #Aude
Colomiers Economie
S'identifier
Changer de territoire
WebTvArticlesAnnuaire
| Colomiers | De marché | Actualité  Vu 75517 fois
Article N°15408

Chalabre, Aude : le petit commerce de proximité chez Loic #commerce de proximité #Aude

Un petit canton rural au pied des Pyrénées entre l'Aude et l'Ariège, Chalabre, au cours des décennies depuis les années 70 a vu la disparition au fur et à mesure des commerces et de certains établissements publics suite à la migration d'une bonne partie de la population et de son vieillissement aussi. Retrouvez un complement d'enquête dans la catétorie articles !!

Chez Loic
Sur une dizaine de petites épiceries que l'on trouvait dans chaque quartier il n'en reste plus que deux aujourd'hui dans le centre du village. Nous nous sommes attardés chez Loïc qui gère son magasin Vival avec amour et passion sept jours sur sept, été comme hiver avec un approvisionnement de produits frais et surtout de qualité qu'il va lui-même chercher au marché gare de Toulouse à 130 km de la ou bien à Perpignan surtout en haute saison pour fruits et légumes.

Toute l'année, la clientèle locale se retrouve surtout le samedi jour de marché et le petit commerce ne désemplit pas surtout quand les mamies profitent entre deux salades, pommes de terre et produits ménagers de faire la conversation et de mobiliser un peu trop tardivement le passage en caisse ! Quelle que soit la saison, on trouve ici des fruits exotiques et l'on pourrait penser qu'ils viennent directement d'Asie mais la nouveauté réside justement auprès d'un producteur local en terre perpignanaise qui cultive avec tout son savoir des espèces venues d'ailleurs.



Commerce et Gazette locale !
Chez Loïc c'est aussi l'occasion de se tenir au courant des dernières nouvelles, de savoir si telle route est dégagée en saison hivernale ou bien si le docteur parti en vacances à bien son remplaçant, quel est le programme des animations pour le troisième âge et puis bien entendu de commenter toutes les nouvelles parues sur l'indépendant ou le Midi-Libre la presse régionale autant dire que si vous voulez acheter une grappe de raisin et six mandarines soyez patients ici on prend le temps et ce temps-là c'est du bonheur.

Autrefois le grand Canton
Cette petite ville qui autrefois faisait la fierté de la région avec ses nombreuses usines et tous ces pas-de-porte qui abritaient un commerce, mercerie bonneterie, commerces du drap de lin et de coton, usine de fabrication de chaussures et de peignes en corne de vache sans compter les nombreux cafés dans chaque quartier mais voilà tout ceci c'est du passé comme dans bon nombre de communes rurales que ce soit dans les Vosges le Jura l'Auvergne et Massif central et bien sûr sur toute la chaîne des Pyrénées. Il suffit de traverser ces villages et de remarquer sur le fronton de nombreuses maisons les publicités peintes d'autrefois soit pour un garage ou pour un apéritif et autre signes distinctif qui montrait la santé économique de la région.

Peut-on affirmer que la disparition des commerces de proximité en milieu rural est due uniquement aux grands centres commerciaux qui se sont créés aux abords des villes ? La grande distribution a certainement accéléré le phénomène mais elle n'est pas la principale origine.

Le canton de Chalabre depuis l'époque romaine a toujours suscité une activité humaine & florissante, jusqu'à 1966 une voie unique de chemin de fer desservait depuis Lavelanet en Ariège jusqu'à Narbonne, bon nombre de petits villages ; et je me souviens  des enfants qui regardaient passer le train du matin à 10h30 et du soir 17h00 avec la garde barrière qui tirait avec peine à bout de bras les deux lourdes portes roulantes; déjà à cette époque-là la disparition de cet axe ferroviaire a amorcé le déclin qui n'a fait que s'amplifier au fur et à mesure.

Aujourd'hui le constat est amer : les petits garagistes ont disparu, un seul poste à essence vient de réouvrir après cinq ans de fermeture, les docteurs en nombre insuffisant, des services administratifs ont totalement disparu, un service postal sur la sellette, de nombreuses interrogations sur le devenir de cette ville, l'emploi local pour ainsi dire obsolète par rapport à autrefois avec le nombre d'usines disponibles dans un rayon de 20 km. Il est facile d'incriminer les différentes gestions communales mais il semble évident que la responsabilité de tous est un facteur déterminant pour permettre aux quelques commerces existants à ce jour de pouvoir continuer à vivre et à offrir cette proximité dont tout le monde souhaite mais se précipite toujours dans les grands centres commerciaux, et ici parfois à plus de 50 km.  Soupirs, résignation.. Résistance. c'est selon l'humeur de chacun ...



 

 

christain GARCIA

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...
Rechercher un TERRITOIRE ou un BLOG