Le Café mémoire France Alzheimer #Mémoire @FranceAlzheimer #colomiers
| Haute-Garonne (31) | Handicap mental | Actualité  Vu 68845 fois
Article N°16091

Le Café mémoire France Alzheimer #Mémoire @FranceAlzheimer #colomiers

Les cafés mémoire France ALZHEIMER 31 en partenariat avec l’accueil de jour de l’hôpital Louis Debré ( pour Muret) et Colomiers, vous invite à un Café mémoire  ALZHEIMER tous les mois à une après midi d'échanges et de convivialité  au Petit Creux 4 bis boulevard Joffrery à 31600 MURET et au Bar Pub le Cotton Club , place de l'hôtel de ville à 31770 COLOMIERS.

Animé par un psychologue et des bénévoles, le Café mémoire France Alzheimer offre un espace d’écoute, d’information et d’expression aux personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, aux familles, aux professionnels du secteur médico-social ainsi qu’au grand public.

Son accès est libre et ouvert à tous. Chacun arrive et repart quand il le désire. Dans une atmosphère détendue, chacun est convié à partager son expérience, à poser les questions qui l’intéressent.

Organisés dans des lieux publics, ces Cafés mémoire visent également à faire évoluer le regard de la société sur la maladie afin que familles et personnes malades se sentent bienvenues partout.

Un psychologue est présent pour garantir un cadre bienveillant et apporter des informations. Par ailleurs, des intervenants sont régulièrement conviés pour parler de la maladie ou des structures d’aide et de soins existantes.

Les bénéfices de l’action
Le Café mémoire France Alzheimer offre un espace convivial d’information et de partage aux familles, amis et personnes touchées par la maladie d’Alzheimer ; permet de rompre l’isolement en venant échanger dans un lieu où la maladie est acceptée par tous.

Aujourd'hui, ce sont 52 Cafés mémoires qui sont accessibles à tous un peu partout en France. Et chaque année, les associations France Alzheimer en ouvrent de nouveaux. Récit et reportage dans l'un d'entre eux ou chacun y trouve sa place …

« Nous avons choisi Colomiers, pour toucher la population de l'ouest toulousain, explique Ginette Arias, présidente de France Alzheimer 31. Le restaurant est au centre ville, il y a de nombreuses places pour se garer ». Les réunions sont totalement gratuites, ouvertes à tous, sans inscription préalable

C’est vers 14h30 que les bénévoles ainsi que les familles commencent à arriver et s’installent dans un endroit un peu à l’écart que le café La Civette leur réserve. Petit à petit, la table se remplit et les langues se délient. On parle de tout mais surtout de ce que l’on vit au quotidien. Habitués comme nouveaux venus, chacun y trouve sa place.
 

Certains sont venus chercher des conseils sur les établissements spécialisés, des renseignements sur les aides financières possibles ou sur l’évolution de la maladie.D’autres ont seulement besoin qu’on les écoute. Il y a aussi ceux qui observent beaucoup, avant de parler à leur tour lorsque le moment leur semble le plus approprié. Il faut dire qu’aller dans un Café mémoire représente un pas en avant. « C’est comme un cap que l’on passe, un cap pour lequel il a fallu se préparer psychologiquement avant »

Après le diagnostic

L’annonce du diagnostic est toujours un choc traumatique. Même si les symptômes observés peuvent laisser supposer une maladie d’Alzheimer, même si l’aidant s’est préparé à cette éventualité, le choc est inévitable. Il est souvent suivi alternativement par des sentiments de colère, de découragement, d’injustice et de tristesse. Autant d’étapes émotionnelles que vont traverser la personne malade et sa famille et qui prendront du temps pour être surmontées.

Si la maladie d’Alzheimer a des conséquences sur les fonctions cognitives de la personne malade, elle engendre également des troubles affectifs et... Même s’il n’existe, pour l’heure, aucun traitement curatif, il est essentiel de pouvoir poser rapidement un diagnostic afin de mettre en place un plan d’aide adapté
 

Madame Sophie Auria est psychologue et intervenante au sein de l'association France Alzheimer 31. Chaque mois avec un ou deux bénévoles de l'association, elle anime des cafés débat où se retrouvent des personnes de tous âges concernés plus ou moins pas cette maladie dégénérative.

Ces rencontres et animations sont devenues courantes depuis quelques années maintenant et elles deviennent indispensables comme une thérapie pour soulager les accompagnants qui sont confrontés au sein de leur famille à ce handicap. Pendant ces après-midi, deux heures en moyenne d'échanges et de débats pour des personnes venant soit une première fois ou bien fidèle pour transmettre aux autres leur témoignage, le café débat est devenu une institution dans l'établissement le Cotton Club à Colomiers situé sur la place de la mairie.

Des personnels soignants viennent aussi à ces rencontres pour se renseigner et apporter des moyens de parole auprès des familles qu'elles assistent.

D'autres personnes qui n'ont pas forcément un lien avec ce sujet viennent aussi pour écouter, apprendre ou vaincre un isolement chez soi ou familial… encore une fois, le volontariat est une source d'éducation et de bienfaits auprès de tout un chacun ici en ville à Colomiers comme à Toulouse mais il est regrettable que des moyens humains ne sont pas mis en œuvre plus loin, dans les villages et campagnes de nos régions.

Le don de soi restera toujours en quelque sorte marginal, il est donc à féliciter amplement ces femmes et ces hommes qui offrent un peu de leur temps auprès de leurs compatriotes car on n'en revient à un point essentiel de notre société, c'est la communication autrement que par les systèmes informatiques !

« Cette maladie d'Alzheimer, on a l'impression qu'elles datent seulement depuis quelques années, quels sont les progrès de la science est-ce que un jour on pourra guérir cette maladie ? »

Au début du XXe siècle c'est Monsieur Aloïs Alzheimer qui a identifié cette maladie comme étant une pathologie du cerveau on arrivait pas à l'identifier et à poser un diagnostic aussi précis qu'aujourd'hui on a fait beaucoup de progrès dans l'accompagnement c'est pour cela aussi que l'on en parle beaucoup envie de plus en plus longtemps et peut-être qu'auparavant alors que la moyenne d'espérance de vie se situait aux alentours de 50 ans, cette maladie n'apparaissait pas ou très peu.

La maladie d'Alzheimer n'est pas une maladie psychiatrique avant tout alors autrefois bien entendu on pouvait entendre des témoignages comme quoi les malades étaient tout simplement des fous… à une certaine époque devait sûrement y avoir une confusion entre ce qui se passait réellement dans laquelle on mettait tout dans un paquet et on en tirait des conclusions hâtives. Guérir de la maladie ! C'est une question que l'on nous pose assez souvent en fait beaucoup de progrès, la recherche est très active et très dynamique mais à ce jour on n'a pas encore le traitement qui permettra vraiment de guérir de la maladie. Ainsi termine avec une note d'espoir notre interlocutrice Sophie Auria.

Prochaines rencontres à Colomiers , les 19 mai et 16 juin de 15h à 17h puis reprises après rentrée de Septembre...

 France Alzheimer 31, 5 rue du chairedon-place olivier  31300 TOULOUSE
Tél: 05 61 21 33 39
Secrétariat administratif:
du lundi au vendredi de 9h à 12h30
Tél. 09 60 01 58 21  

 


 


christian GARCIA

Lien :http://www.francealzheimer.org

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant