Energy Observer quitte la France pour un voyage autour du monde de 4 ans en autonomie @energy_observer
Lespinasse Entreprise
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| France | Actualité  Vu 21599 fois
Article N°23777

Energy Observer quitte la France pour un voyage autour du monde de 4 ans en autonomie @energy_observer

Au programme de 2020, 2 traversées océaniques et 9 escales sur 2 continents.
En point d’orgue : Tokyo durant les Jeux Olympiques puis les 3 grandes villes de l’État de Californie, berceau de la transition écologique américaine.
Prochaine étape : Cap sur le Maroc ou les Canaries selon les conditions météo. 

Energy Observer, le premier navire aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, a largué les amarres ce mardi 3 mars pour une odyssée de 4 années autour du monde. 

À son bord pour quitter la cité corsaire, une équipe très étoffée a pris place : ses deux leaders historiques, les deux capitaines de bordée, les ingénieurs embarqués mais aussi les ingénieurs d’Energy Observer Developments seront présents pour veiller à la mise en route de tous les systèmes innovants, dans une mer qui promet d’être encore difficile jusqu’au Portugal. Une mise en jambe musclée mais indispensable pour profiter de la courte fenêtre dans le défilé de tempêtes qui balaient l’Atlantique Nord depuis des semaines.

À l’horizon, 2020 s'annonce déjà riche en couleurs et verra le navire français traverser 2 grands océans, réaliser 9 escales et ses deux leaders, Victorien Erussard et Jérôme Delafosse, courir le relais de la flamme Olympique au Japon début juillet.



 



De nouvelles technologies à bord
Après 3 ans de navigation en Europe pour tester et développer toutes ses technologies embarquées, Energy Observer a de nouveau été optimisé cet hiver. Équipé d’une nouvelle pile à combustible Toyota, de panneaux solaires supplémentaires notamment verticaux et sérigraphiés (portant sa surface totale dédiée au solaire à 202m²), mais également de nouvelles hélices à pas variables et des deux ailes rigides Oceanwings® optimisées, Energy Observer qui combine plusieurs sources d’énergies renouvelables et un système de production et de stockage d’hydrogène vert, est prêt pour ses prochaines étapes de navigation en autonomie totale.




Des escales clefs pour documenter la révolution énergétique et hydrogène et toujours rencontrer les acteurs de la transition écologique
Ce sont 20 000 milles nautiques soit près de 37 000 km à parcourir en 2020, presque la circonférence de la terre. Après le Maroc ou les Canaries, direction Saint-Barthélemy dans les Antilles françaises. La traversée du canal de Panama (et une escale dans la capitale éponyme) permettra à l’équipage de rejoindre Hawaï et enfin Tokyo, du 24 juillet au 9 août, pendant les Jeux Olympiques. 

« Placés sous le signe de l’hydrogène, ces Jeux seront l’occasion pour Energy Observer de témoigner des initiatives spectaculaires en la matière ! Par exemple, des investissements lourds ont été consentis en direction des infrastructures et des transports. Le gouvernement s’est fixé un objectif de 40 000 véhicules à pile à combustible en circulation dans le pays pour cette année et pas moins de 800 000 d’ici 2030. Une belle exemplarité en matière de mobilité propre ! »
Victorien Erussard, Capitaine et fondateur d’Energy Observer

La pile à combustible équipe déjà plus de 250 000 foyers japonais pour leur alimentation électrique. Plusieurs centrales de production d’hydrogène sont déjà installées. Air Liquide est un acteur essentiel de cette transition, avec de nombreux projets d’infrastructures, et Toyota fournira quelque 500 voitures ainsi qu’une centaine de bus hydrogène lors de ces Jeux.

Comme ses voisins coréens et chinois, le Japon a donc totalement basculé dans la révolution hydrogène, et Energy Observer souhaite apporter son témoignage à cette société propre et respectueuse de l'environnement, décentralisée, autonome et digitalisée à laquelle aspirent les générations à venir.

Documenter la transition écologique en Californie
Après cette étape historique de 3 semaines, une nouvelle traversée du Pacifique suivra, vers la Californie avec trois étapes principales, San Francisco en octobre, Los Angeles en novembre et San Diego en décembre.

« Cet État fait aujourd’hui preuve d’un esprit pionnier remarquable en matière d’énergie et de transition écologique, dans un pays largement nourri aux hydrocarbures par ailleurs. L’État de Californie particulièrement exposé aux changements climatiques, au stress hydrique, aux grands incendies ou à la montée des eaux a changé de cap et investit maintenant massivement dans les solutions durables que nous avons hâte de documenter à travers nos productions audiovisuelles. »
Jérôme Delafosse, Chef d’expédition et réalisateur 

L’hydrogène y est aussi déployé de façon importante sur tout le littoral californien : en 2019, 7 000 voitures fonctionnaient à l’hydrogène, avec un objectif de 5 millions de véhicules zéro émission en 2030, contre 350 000 à ce jour.

À Los Angeles ont été conçus les premiers camions à hydrogène, et ce carburant devient largement disponible dans les stations-services. Le plus grand parc solaire du pays, Solar Star, compte plus de 1,7 millions de panneaux photovoltaïques et l’État de Californie s’est engagé dans le « 100% clean energy act » qui prévoit de passer de 30% aujourd’hui à près de 100% d’énergies renouvelables d’ici 2045 !

San Francisco est la ville modèle au niveau mondial en matière de traitement des déchets. Avec 80 % des déchets aujourd’hui recyclés, son ambition reste d’atteindre le 100% à la fin de l’année. San Francisco, c’est aussi et bien sûr l’économie numérique, mais aussi celle du partage des mobilités, de l’innovation technologique. Sous le Golden Gate Bridge, se construit le premier ferry en aluminium propulsé à l’hydrogène, Water-Go-Round, utilisant des technologies robustes mais similaires à celles déployées sur Energy Observer.

San Diego est une escale aussi importante pour le navire zéro émission, à cause de sa forte culture maritime née de la présence d’une immense base des Marines et de sa riche histoire liée à l’America’s Cup. Aujourd’hui, la ville bénéficie d’une activité universitaire importante, notamment grâce à l’University of San Diego dont les programmes et initiatives locales sont reconnus pour leur pertinence sur le changement climatique et la biodiversité. Avec les îles de Guadalupe, sanctuaire des requins blancs, la Mer de Cortès et ses baleines, San Diego est entourée de sites exceptionnels pour leur biodiversité : un paradis pour les plongeurs et les passionnés de squales. L’occasion de tourner des images spectaculaires et d’aller à la rencontre de ceux qui s’engagent pour protéger cette biodiversité. 


À propos d'Energy Observer
Energy Observer est le premier navire autonome en énergie, zéro émission, zéro particule fine et zéro bruit, produisant son propre hydrogène à partir de l’eau de mer grâce aux énergies renouvelables. Ce navire du futur parcourt le monde avec déjà plus de 18 000 milles nautiques au compteur. Conçu comme un laboratoire opérationnel, Energy Observer expérimente et valide toutes les innovations douces. Véritable smart-grid flottant préfigurant les réseaux énergétiques de demain, il puise son énergie dans la nature sans l’abîmer et sans la gaspiller.

Il navigue autour du monde, faisant escale dans de nombreuses cités iconiques à la rencontre des pionniers de la Transition écologique et solidaire, mais aussi des élus, décideurs, armateurs et grands acteurs de l’économie. Energy Observer démontre au quotidien qu’une énergie entièrement décarbonée, décentralisée et digitalisée est devenue une réalité à la portée de tous, applicable à différentes échelles (sites isolés, quartiers, villes…).

Parallèlement à son programme d’innovations, Energy Observer développe une mission d’intérêt général où la communication et la production audiovisuelle, à la manière d’une Calypso des temps modernes, permettent de sensibiliser tous les publics aux enjeux de la transition écologique. Le navire et son équipage racontent leur voyage autour du monde à travers notamment une collection documentaire inédite, « l’Odyssée pour le futur ». Energy Observer produit également une web-série « Solutions » avec pour cap permanent les 17 Objectifs de développement durable, faisant découvrir chaque semaine de nouvelles actions concrètes au plus grand nombre.

Energy Observer a reçu le Haut Patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française. Premier ambassadeur français des Objectifs de développement durable de l’ONU, il a le soutien officiel du ministère de la Transition écologique et solitaire, l’Unesco, l’Union européenne, l’Irena, l’Ademe et l’ensemble des institutions concernées. Energy Observer est le porte-parole inspirant et positif de l’indispensable transition écologique.


Energy Observer

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant