Dequesne et Gauberti ensoleillent Perpignan cet été
Occitanie
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| Perpignan | Evènement | Actualité  Vu 83686 fois
Article N°18080

Dequesne et Gauberti ensoleillent Perpignan cet été

ARTRIAL PERPIGNAN, galerie d'art située 30, place RIGAUD dans le centre de Perpignan, exposera du 20 juin au 26 août 2017 deux artistes exceptionnels et internationaux : Philippe DEQUESNE peintre, est présent en permanence à New York City, à Paris et Bruxelles, tandis que le sculpteur  Philippe GAUBERTI arpente les tapis rouges de Cannes et Megève.
 

« Méfiez-vous de vos certitudes » (Les Anamorphoses) C’est par ces mots provocateurs que Philippe Gauberti, référencé dans ARTFABETIC dictionnaire des artistes plasticiens de France,  nous fait pénétrer dans l’univers mystérieux des anamorphoses. Cet art de la perspective secrète est un mécanisme puissant de l’illusion d’optique revisité par l’artiste pour susciter notre interrogation sur le monde actuel. Une confrontation entre illusion et certitude, révélation et secret. Entre réel et virtuel. Il n’y a pas de sphère, il n’y a pas de cube et pourtant ils sont là. Comment une œuvre statique peut-elle avoir un reflet en mouvement ? 
 
Deux qualificatifs, habituellement opposés, résument ce que l’on ressent devant une toile de l'artiste Dequesne : la force et la sensibilité. La force tient à la manière dont il structure ses compositions. Qu’il s’agisse d’un intérieur, d’un paysage ou d’une nature morte, une impressionnante solidité impose la présence du motif. On ne s’intéresse guère aux détails tant l’on est immédiatement prisonnier de la savante construction qui structure l’espace. Il sait à merveille jouer avec les plans, marier verticales et horizontales pour laisser notre œil s’immerger à sa guise dans l’architecture d’ensemble. La subtilité des coloris enlève toute sécheresse à ces compositions rigoureuses. On glisse insensiblement d’une teinte de gris clair à une autre plus foncée, d’un ocre léger à un grain plus puissant, tandis que surgit soudain un éclat de rouge vif. Nous oublions les lignes pour ne plus être sensible qu’à l’atmosphère qui nous envoûte. Il n’est pas étonnant que ce mélange de solidité et de sensibilité ait amené à évoquer une parenté tantôt avec Staël, tantôt avec Matisse. L’essentiel est que Dequesne soit capable de fournir au spectateur matière à jouir aussi bien des formes que des couleurs. (Jean DUBOIS)
 
Cette exposition est liée à la présentation d'oeuvres de ces mêmes artistes à l'Hôtel de la Cité de Carcassonne,  puisque de nombreuses sculptures de Philippe Gauberti animeront le jardin de cet hôtel *****mythique.

Céline MARCADON

Lien :http://?

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant