Projet de méga-entrepôt d'Amazon à Lyon : les associations font appel @FRACTURE69800 @amisdelaterre
Métropole de LYON
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| Lyon | Souveraineté numérique européenne | GAFAM  Vu 11892 fois
Article N°23671

Projet de méga-entrepôt d'Amazon à Lyon : les associations font appel @FRACTURE69800 @amisdelaterre

Alors que le projet de méga-­‐entrepôt d’Amazon à Lyon présentait de nombreuses omissions et imprécisions qui auraient justifié une annulation par la justice du permis de construire et de l’autorisation d’exploiter, comme l’a affirmé le rapporteur public représentant le Gouvernement, le tribunal administratif de Lyon a choisit de le valider. Une décision avant tout politique, justifiée officiellement par les «créations d’emplois», alors qu’Amazon détruit en réalité deux fois plus d’emplois qu’il n’en crée et aggrave le dérèglement climatique. Les associations FRACTURE et ACENAS viennent de faire appel, soutenues par le mouvement climat et des gilets jaunes lyonnais

Empreinte carbone gigantesque, destruction d’emplois, fraude à la TVA et à l’impôt sur les sociétés: alors que les scandales se multiplient sur ses pratiques, Amazon continue son expansion agressive et s’apprête à tripler sa surface de stockage en France d’ici la fin de l’année 2020. En validant, en novembre, les permis de construire et l’autorisation d’exploitation de l’entrepôt de 160 000m3 près de l’aéroport de Lyon St Exupéry, le tribunal administratif de Lyon lui a ouvert la voie, dans une déplorable décision à contre-sens de l’Histoire. Les associations FRACTURE ET ACENAS viennent de déposer appel.

Les travaux sont pour l’heure suspendus. En motivant sa décision par les créations d’emplois du projet de méga-entrepôt, le tribunal se base sur des arguments mensongers, car il est désormais prouvé qu’Amazon détruit deux fois plus d’emplois qu’il n’en crée1, et aura un impact négatif sur le bassin d’emplois lyonnais. De plus, les juges n’ont pas pris en compte l’impact climatique dramatique de la multinationale ou le fait qu’elle ne paie pas, ou très peu, d’impôts.

Le jugement contourne également la loi applicable pour justifier sa décision. Le rapporteur public, représentant de la position de l’Etat devant la justice administrative, avait pourtant demandé l’annulation du permis de construire, au motif que la demande d’autorisation environnementale, ne mentionnait pas le fait, pourtant crucial,que le futur entrepôt de Lyon allait augmenter le trafic aérien dans la localité. En effet, le lieu d’implantation de l’entrepôt, à proximité immédiate de l’aéroport Saint Exupéry, répond à la stratégie assumée d’Amazon de développer la livraison ultra rapide par avion.

Les associations locales ACENAS et Fracture dénoncent également des prévisions d’augmentation du trafic routier et de la pollution de l’air2 fortement sous-‐évaluées. Pour Gilles Renevier : «Le projet est incompatible avec le Plan climat de l’agglomération lyonnaise, avec le Plan de Protection de l’Atmosphère du bassin lyonnais, ainsi qu’avec le développement de l’économie circulaire et de production locale. Amazon est l’un des plus grands contributeurs de gaz à effet de serre. Pourquoi accepter un projet qui détruit le tissu économique et la qualité environnementale ? ».

lma Dufour chargée de campagne Surproduction aux Amis de la Terre dénonce «Une fois encore, Amazon utilise des méthodes illégales3 pour développer un projet qui va nous nuire à tous. Alors que les gilets jaunes, le mouvement climat4, les commerces de proximité, demandent de concert l’arrêt de ces nouveaux projets, le gouvernement reste silencieux. Il dénonce la surproduction sur les plateaux de télévision, mais continue de donner des consignes aux préfets pour délivrer les autorisations environnementales à ces nouveaux projets. Ce double discours doit cesser. Nous espérons que la Cour d’Appel de Lyon tranchera en faveur du droit et de l’intérêt général et invalidera les permis.»
 

1- Mounir Mahjoubi, Amazon: vers l’infini et Pôle Emploi, novembre 2019, Amis de la Terre, Attac, Solidaires; Impunité fiscale, sociale, environnementale: Immersion dans le modèle AmazonNovembre 2019
2 - Rocade-­‐Est, l’A46-­‐Sud, l’A432, ainsi que sur toutes les routes locales.
3 - Clause de confidentialité, études d’impacts lacunaires, chantage aux subventions locales
4 - Les Amis de la Terre, ANV COP 21–Rhône, Extinction Rebellion Lyon, Youth For Climate Lyon, Greenpeace Lyon, Attac Lyon se mobilisent contre le projet et ont organisé le blocage d’un centre de tri d’Amazon à Lyon lors du Black Friday 2019.

 

Source Amis de la Terre

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant