Les maires de Paris, Madrid, Athènes et Mexico vacillent ; les pays africains font ce qu'il faut en termes de politiques visant à assainir l'air avec une technologie et un carburant diesel plus propres

| France | Protection de l'Environnement | Actualité  Vu 82732 fois
Article N°17123

Les maires de Paris, Madrid, Athènes et Mexico vacillent ; les pays africains font ce qu'il faut en termes de politiques visant à assainir l'air avec une technologie et un carburant diesel plus propres

La semaine dernière, les maires de quatre villes - Paris, Madrid, Mexico et Athènes - ont annoncé qu'ils s'étaient engagés à éliminer les véhicules diesel de leurs villes d'ici 2025.  La semaine dernière, cinq pays africains - le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Togo, le Nigeria et le Bénin - ont annoncé qu'ils allaient rejeter les expéditions de diesel à forte teneur en soufre en provenance d'Europe et ont demandé à recevoir le diesel plus propre qui est disponible dans de nombreuses autres régions du monde.

 

Allen Schaeffer, directeur exécutif du Diesel Technology Forum (États-Unis), a fait la déclaration suivante aujourd'hui en ce qui concerne ces développements :

« L'engagement des quatre maires à interdire le diesel ou toute autre technologie peut faire un bon titre mais ne constitue pas une bonne politique publique.  Elle va à l'encontre du choix populaire des consommateurs, risque d'empirer la qualité de l'air, et rendra probablement les objectifs de la lutte contre le changement climatique encore plus difficiles à atteindre.

« En revanche, les cinq pays africains qui reconnaissent l'occasion d'importer une technologie plus propre et le besoin qui existe pour un carburant à ultra faible teneur de soufre, vont aller de l'avant.  Aux États-Unis, le diesel plus propre et de nouveaux moteurs diesel produisent désormais des émissions proches de zéro et sont une partie importante de la stratégie visant à assainir l'air et réduire les émissions de gaz à effet de serre. La nouvelle technologie diesel répond également aux besoins importants des consommateurs en termes d'économie en carburant, sans sacrifier la performance ou la mobilité des véhicules.   

Le diesel plus propre et les moteurs modernes favorisent la pureté de l'air
« Le Conseil international du transport écologique et la Climate and Clean Air Coalition, une initiative du Programme environnemental des Nations-Unies, ont identifié les politiques promouvant un accès à un carburant diesel propre et l'introduction de moteurs diesel modernes en tant qu'élément important dans la génération de bénéfices en termes d'air propre tout en réduisant de manière significative les émissions de gaz à effet de serre. 

« Toutes les sources d'émissions, y compris les véhicules, les sources stationnaires et industrielles, contribuent au défi de toutes les zones métropolitaines et de tous les pays en matière d'émissions.  Au lieu de cerner un seul carburant et une seule technologie, les dirigeants des villes devraient poursuivre une approche holistique accélérant le retrait des véhicules plus anciens et fortement polluants, indépendamment du type de carburant.

« En France, en Espagne et en Grèce, les voitures diesel représentent plus de 50 % de toutes les immatriculations automobiles, reflétant les préférences des conducteurs français, espagnols et grecs.  Leur refuser la possibilité de choisir le véhicule de leur choix, y compris les technologies diesel les plus propres sur le marché, est une politique mal conçue qui manque de vision.  

Véhicules diesel requis pour atteindre les objectifs de CO2 européens
« En travaillant avec les fabricants, l'Union européenne établit des étapes importantes visant à adopter des normes plus rigoureuses en termes d'émissions des véhicules et améliorer les essais d'émissions des véhicules.  Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre qui permettront de répondre aux objectifs de l'accord de Paris sur le climat, le progrès vers de faibles émissions de CO2 doit être maintenu.  Les fabricants ont déjà indiqué que la performance faible en CO2 des voitures diesels plus récentes sera une stratégie clé pour répondre à l'accord de Paris.  Ceci rend l'engagement de ces quatre maires encore plus déconcertant. 

« Les technologies telles que les véhicules électriques ou à hydrogène pourront fournir un jour de nouvelles options aux consommateurs mais il est peu probable qu'elles soient disponibles dans les délais et à l'échelle que ces villes doivent atteindre pour réaliser des réductions continues de CO2.

Les encombrements de la circulation causent des problèmes d'émissions dans les villes plus anciennes et plus densément peuplées
« Sans aucun doute, la plupart des grandes villes font face aux pressions grandissantes du nombre de véhicules sur la route, d'une congestion croissante, et de problèmes d'émissions.  Paris est l'une des villes les plus densément peuplées au monde, Athènes est l'une des villes les plus anciennes, Madrid est la troisième plus grande ville d'Europe, et Mexico est l'une des plus grandes villes du monde entier.  Le manque d'investissement dans le transport et l'infrastructure a réduit la mobilité, augmenté les encombrements et les inquiétudes qu'ils suscitent en termes d'émissions dues à un parc automobile vieillissant, entrainant une pression politique de prendre certaines mesures. Dans ce cas, quatre maires ont pris des mesures inadaptées à l'encontre des voitures diesel.

Le retard des politiques sur le carburant diesel plus propre inhibe le progrès
« Dans le cas de Mexico, le fait d'avoir contribué à cet engagement est particulièrement ironique.  Pendant des années, le gouvernement mexicain a promis de fournir du carburant diesel plus propre à tout le Mexique, ce qui n'est pas encore fait accompli. Contrairement aux États-Unis où le diesel à très faible teneur en soufre (DFTS) est disponible depuis 2006, il n'est pas encore le carburant de référence pour tout le Mexique. Ce grave échec de politique limite sévèrement la capacité de la région à introduire sur une base régionale à grande échelle les moteurs et véhicules à diesel très propre qui faciliteraient le progrès vers les objectifs d'assainissement de l'air.

Les pays africains font ce qui s'impose en réclamant un carburant diesel plus propre
« Et, alors que quatre dirigeants de villes rejettent la nouvelle technologie, d'autres pays l'adoptent avec enthousiasme. Les pays africains du Ghana, de Côte d'Ivoire, du Togo, du Nigeria et du Bénin ont joint leurs efforts pour rejeter le diesel de mauvaise qualité qui leur est expédié en provenance d'Europe et exigent maintenant que leurs pays reçoivent le diesel le plus propre disponible.  Ils vont de l'avant, ce qui leur permettra d'améliorer de façon dramatique la qualité de l'air et la santé de leurs citoyens en adoptant le carburant et la technologie de diesel propre, et non pas en l'interdisant. »

À PROPOS DU DIESEL TECHNOLOGY FORUM
Le Diesel Technology Forum (États-Unis) est une organisation à but non lucratif dont la mission est de susciter une prise de conscience de l'importance des moteurs, du carburant et de la technologie diesel. Pour de plus amples informations, consulter www.dieselforum.org.

Prnews

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant