GlobalGeoNews : Pourquoi il sera difficile de demander des comptes à la Chine
Europe
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| GlobalGeoNews | A la une | Divers  Vu 41442 fois
Article N°23947

GlobalGeoNews : Pourquoi il sera difficile de demander des comptes à la Chine

Antoine Bondaz est chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et enseignant à Sciences Po. Spécialiste de la l’Asie de l’Est, il nous livre son analyse sur les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur les équilibres stratégiques et économiques en Chine.  Propos recueillis par Alexandre Rousseau


GGN : La Chine a-t-elle bien contenu l’épidémie ?

Antoine Bondaz : Il faut différencier deux phases. La première phase qui commence très certainement au mois de Novembre et qui dure jusqu’à fin Janvier où peu de mesures sont prises et où l’on constate un retard dans la prise de mesures fortes. À partir du 23 Janvier, tout change. Il faut reconnaître que les mesures mises en place par la Chine à ce moment-là, que ce soit le dépistage massif et ciblé, l’isolement des malades et la mobilisation générale (pour produire des masques ou autre) ont permis de contenir l’épidémie : c’est une réalité épidémiologique. On peut bien sûr revenir sur les chiffres précis, où il y a des incertitudes mais sur les tendances, il est clair que les mesures prises à partir du 23 Janvier, d’abord à Wuhan puis dans la province du Hubei et enfin à l’échelle du pays, ont permis de contenir l’épidémie et de sortir d’une crise sanitaire sans précédent à la fin du mois de Mars. Ce qui est clair, par contre, c’est que la première phase a participé à la flambée épidémique ainsi qu’à sa propagation hors de Wuhan et ensuite hors de Chine. 

GGN : Peut-on considérer que la tendance est bonne, désormais ? 

Antoine Bondaz : La réalité épidémiologique - ou en tout cas les chiffres officiels dont on dispose - nous disent qu’il y a actuellement extrêmement peu de cas de contamination sur le territoire national, et que s’il y a effectivement des cas d’importation qui se comptent par centaines, ces derniers sont dès leur arrivée sur le territoire chinois, identifiés et pris en charge. Le phénomène épidémique est « derrière la Chine ». Il y a bien sûr des questions autour de la possibilité d’une deuxième flambée épidémique (...) 


Retrouvez l'intégralité de cette interview sur GlobalGeoNews.com


Alexandre Rousseau

Lien :https://www.globalgeonews.com/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant