#Rock : Le petite histoire du Rock partie 2

| Toulouse | Rock | Actualité  Vu 26778 fois
Article N°16315

#Rock : Le petite histoire du Rock partie 2

Pour cette seconde partie de l'histoire du rock, bruce GUILLAUMONT nous emméne aujourd'hui dans la fin des années 50 et début des années 60, avec le rock qui commençant à s’essouffler dans son pays d’origine, traverse l’Atlantique et débarque en Europe. Il va alors trouver un renouveau dans une Angleterre, qui se relève des stigmates et du traumatisme causés par la Seconde Guerre Mondiale.








Malgré un contexte économique favorable, la bouillonnante jeunesse anglaise, née pendant la guerre ou après 1945, aspire à profiter de la vie et elle va trouver au travers du Rock le moyen de s’exprimer.
 



En 1958, le 1er groupe qui, au pays “de sa Gracieuse Majesté ÉLISABETH II” (oui ! Vous avez bien lu.), va apporter quelque chose au Rock : The SHADOWS avec leurs instruments électriques vont popularisé le style et poser les bases du Rock Band (2 guitares, 1 basse et 1 batteur). Toutefois, c’est à Liverpool, que 4 gamins dans le vent vont faire connaitre le Rock dans le Monde entier : The BEATLES.

 



Ce qui fera dire à JOHN LENNON en 1966 : « Aujourd'hui, nous sommes plus populaires que Jésus », ça c’était du buzz ! N’empêche qu’une jeune fille d’Éthiopie, âgée de 3,2 millions d’années, doit son prénom aux BEATLES.



La concurrence ne se fait pas attendre. Elle va venir des ÉTATS-UNIS par un groupe de Rock californien, The BEACH BOYS et de 2 copains depuis la maternelle (Mick et Keith) vivant près de Londres qui viennent de fonder leur groupe, The ROLLING STONES.
En France, le Rock va se popularise grâce à DANYEL GERARD, JOHNNY HALLYDAY, EDDY MITCHELL et ses CHAUSSETTES NOIRES, DICK RIVERS et ses CHATS SAUVAGES ou encore VIC LAURENS.





Mais, il est aussi raillé (spécificité française) par des chanteurs tel qu’ HENRY SALVADOR ou des acteurs comme JEAN YANN et son “J’aime pas le Rock”.

En 1964, 2 évènements vont donner au Rock un nouveau sens ! L’explosion de la consommation de drogues suite à la Convention Unique sur les Stupéfiants de 1961 mais applicable à partir de 1964 et la Guerre du Vietnam.


Le rock va alors devenir progressiste, psychédélique et contestataire et ses représentants vont s’installer au Panthéon du Rock. LYNYRD SKYNYRD (1964), The WHO (1964), DAVID BOWIE (1964), The DOORS (1965) qui avait la particularité de ne pas avoir de bassiste en leur sein, PINK FLOYD (1965), CREAM (1966), The JIMI HENDRIX EXPERIENCE (1966), GENESIS (1967), RUSH (1968).
 
 
En Allemagne, à la fin des années 60, le Rock Prog sera représenté par un mot que j’ai toujours trouvé drôle, le KRAUTROCK avec des groupes sérieux comme CAN ou TANGERINE DREAM.


En août 1969, une grande messe va s’organiser chez Max, un agriculteur de l’état de New-York. Une fête de la paix et de l’amour, qui a du s’inspirer du Cid de Corneille : “Nous partîmes 50 000, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 500 000 en arrivant au port.”. Je veux parler du FESTIVAL DE WOODSTOCK.




Les prestations de JIMI HENDRIX sur son STAR SPANGLED BANNER, celle de MICHAEL SHRIEVE batteur de SANTANA sur SOUL SACRIFICE, celle de JOE COCKER avec sa reprise des BEATLES de WITH A LITTLE HELP TO MY FRIEND, GRATEFUL DEAD embourbé dans des problèmes techniques et qui donneront une prestation médiocre mais rattrapé par CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL qui jouera pour le seul spectateur encore éveillé en cette nuit d’été, vont donner ses lettres de noblesse au Rock.






En outre, dans cette frénésie de Rock, 2 groupes sortent de l’ombre avec un nouveau son plus agressif qui va influencer tout ce qui viendra après. LED ZEPPELIN et BLACK SABBATH ... mais ça, c’est une autre histoire ... à suivre.

Dominique MOREL

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant