#Sécurité : Hommage aux deux policiers tués lâchement à Magnanville
| Toulouse | Police Nationale | Actualité  Vu 45545 fois
Article N°16288

#Sécurité : Hommage aux deux policiers tués lâchement à Magnanville

L'horreur, l'abomination, c'est aujourd'hui ce qu'il ressort aprés l'ignoble assassinat des deux policiers à Magnanville. C'est pour rendre hommages à ces deux policiers que j'ai décidé de prendre la plume, afin de dénoncer cet acte barbare sans nom perpétré par un lâche sans foi ni loi







Je veux en ce mercredi 15 juin 2016, rendre un vibrant hommage au Commandant Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, qui était chef-adjoint, affecté à la sûreté urbaine du commissariat des Mureaux après être passé par le commissariat de Mantes-la-Jolie ainsi que la brigade anti-criminalité des Yvelines, ainsi qu'à sa femme Jessica Schneider âgée de 36 ans qui était  secrétaire administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie, qui  ont été lâchement assassinés par un barbare intégriste, (nous devons aujourd'hui mettre les mots sur ce genre d'individu)

Le Commandant Jean-Baptiste Salvaing a dans un premier temps été longuement poignardé devant son domicile, alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, quand à son épouse, elle a été retrouvée morte égorgée. dans la maison. Le petit garçon du couple, âgé de seulement 3 ans et demi, a été retrouvé choqué mais indemne.

En hommage à ces deux collègues, Eric, policier d'une BAC des Yvelines, et qui été proche proche du couple assassiné, a rédigé un texte pour rendre hommage à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing.

"Notre ami JB tu nous as quittés, évidemment trop tôt, la gentillesse personnifiée, ton professionnalisme,  ton humour, ton amitié indéfectible. Ton flegme inébranlable, tes éclats de rire, ton regard rieur et ta coupe de kiki vont nous manquer. Sans oublier ta chérie Jess, adorable bout de femme également emportée dans la tourmente laissant derrière vous votre petite tête blonde que nous essaierons de chérir pour vous. Rien ne vous remplacera dans nos coeurs... Reposez en paix nos amis."

Alors que nous sommes soit-disant dans un état d'urgence, que l'auteur des faits était depuis trés longtemps connu par les services de l'Etat comme potentiellement dangeureux, comment a t'on pu laisser cette homme sans surveillance aucune l'amenant à commetre ce geste ignoble et barbare. Manuel Valls le premier Ministre a déclaré  "Notre première arme, c'est le droit pénal, et c'est la légitimité de l'état de droit: poursuivre, incarcérer et mettre hors d'état de nuire tous ceux qui s'engagent dans ces filière"

J'ai envie de réagir à vos propos monsieur le premier Ministre et de vous demander "Si cet état de droit avait été respecté, pourquoi l'assassin de ces deux policiers était-il toujours en liberté, alors que l'on savait qu'il faisait parti des filiéres djihadistes et qu'il avait prêté allégeance à l'Etat Islamique?

Il est grand temps aujourd'hui que l'Etat prenne  la mesure de la guerre dont il parle mais mais dont on peut fort logiquement se demander si il veut réellement la mener. Ces propos paraîtront peut être fort à certains, mais ils ne sont hélas que la triste réalité. Mais loin de ces querelles politiciennes, je veux m'associer au deuil des familles de ces deux policiers, qui étaient aussi parents d'un petit garçon de trois ans.

 


 

Dominique MOREL

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant