Est-il venu le temps du citoyen ''créateur d'espaces publics'', du salarié ''créateur de son espace de travail'' ?
| Cee3 Catalyseur d'innovations | Smart-City | Aménagement de l'espace  Vu 19049 fois
Article N°19091

Est-il venu le temps du citoyen ''créateur d'espaces publics'', du salarié ''créateur de son espace de travail'' ?


Est-il venu le temps du citoyen créateur d'espaces publics, du salarié créateur de son espace de travail pour allier le « mieux travail du salarié » et le bien être du citoyen ?

Au sein de l'Institut de Management des Achats Smart (IMAS), Smart pour Smart Building, Smart City, Smart Grid, Smart Citizen, Smart Workspace....nous réfléchissons comment nous pouvons rendre plus frugales les villes intelligentes, les entreprises de demain en France ?


Quelques chiffres marquant de cette mutation

93% des salariés ne veulent pas de bureaux classiques ( Actineo/Sociovision 2017)
68 des millenials quittent un CDI au bout de 2 ans (sources Leadersclub 2016)
La génération Y représentera 75% des actifs en 2025 (Deloitte 2014), souhaite travailler comme à la maison
La génération Z passe en moyenne 7h/j sur les écrans (Kidsnow),
46% ont plus de 10 activités par jour (Leesman 2015),
67% souhaitent faire du télétravail,
50% des métiers sont télétravaillables (Centre d'analyses stratégiques 2009)

Penser les espaces de travail intelligents publics, et privés de demain, c'est repenser l'énergie, la mobilité, l'éducation, les ressources environnementales, la qualité de vie selon l'expérience citoyen et de l'expérience employé tout au long du cycle de sa journée : je quitte mon domicile (mobilité,restauration, services des espaces publics) j'arrive au bureau (entretien, parking, mobilité), j'entre dans l'immeuble (accueil, sécurité), je me rends à mon bureau(propreté parties communes), je prends un café (espace privés de détente, de convivialité et d'innovation), j'ouvre mon courrier (factotum), je travaille à mon poste, je vais déjeuner(Restaurant Inter Entreprise, Cafétéria, cuisine en libre accès tous les trois permettant d'emporter son repas pour chez soi), je suis en réunion (accès à tous les services associés), je rentre chez moi (room services).
Un cas très étonnant se prépare à Tokyo, où Haseef Rafiei, un architecte malaisien de 25ans a imaginé une tour qui imprime des appartements en 3D avant de les monter à l’étage de votre choix, comme dans une gigantesque partie de Tetris.

Cette innovation appelée « Pod Skyscraper », il l'a trouvé à Tokyo  là où les distributeurs automatiques (soda, cigarette, café, journaux) se dressent à chaque coin de rue, en un immeuble qui se construit verticalement grâce à une exo-structure géante semblable à un gigantesque Puissance 4 avec, à son sommet, une méga-imprimante 3D où chaque habitant ou salarié de la tour pourra dessiner à sa convenance son espace à vivre et son espace à travailler.

Grâce à ce procédé, les futurs locataires commandent leur appartement à la demande en optant pour un module composé d’une ou plusieurs pièces totalement personnalisée, idem pour le salarié ainsi que les services associés.

Le Pod Skyscraper se compose donc d’une tour où coulissent les modules créés, et d’un système de commande déclenchant la construction des pièces au rez-de-chaussée. Chaque module est personnalisable autant que nécessaire : superficie, nombre de niveaux, étage et orientation… Libre à vous ainsi de commander un studio, des bureaux, un duplex, un restaurant ou une salle de fitness et les services associés.
 
Chaque module inutilisé est remonté dans le gratte-ciel puis démantelé, réparé et stocké pour de futurs propriétaires. L'économie circulaire dans toute sa splendeur...

Des immeubles à la carte. Cette approche permet de gagner de l’espace en emboîtant les différents logements, mais il limite aussi le nombre d’immeubles. Plus besoin de construire un bloc de trente appartements quand on en a besoin que de dix. L'innovation frugale dans toute sa splendeur.

En limitant les chantiers de construction, on épargne un important gaspillage de ressources et on évite que des chantiers insuffisamment financés ne soient abandonnés, impactant inutilement l’environnement et amochant les villes. On voit mal comment on pourrait ne pas samouraï-cher d’une telle philosophie…
 
De Responsable des Services Généraux au Directeur des Environnements de travail, à Gentil Organisateur de travail, de Facility Manager à Hospitality Manager, il n'y a qu'un pas

Dans l'entreprise, aujourd'hui c'est le Facility Manager « Fmer » qui se charge de ces fonctions, ou le Directeur de l'Environnement de Travail. Mais aujourd'hui, dans certaine entreprise, on voit apparaître la fonction d'
 
Hospitality Manager, qui ambitionne de « prendre soin » de tout collaborateur comme s'il s'agissait d'un client d'un hôtel, avec qui il va co-créer les services de l'entreprise pour demain.

Les principales missions du Facility Manager
  • augmenter la perf et le potentiel du patrimoine
  • rendre les espaces plus performants, plus fertiles (cultiver et faire grandir) facilitant la détente, la créativité, la collaboration et en lien avec l'identité de l'entreprise, aider chacun à révéler tout son potentiel, sans bouleverser l'organisation avec un budget maîtrisé.
  • encourager les échanges informels, une dynamique collective, se créer temporairement un lieu de travail exotique, générateur de nouvelles idées, se déconnecter quelques minutes dans un espace différent pour retrouver son energie.
  • faciliter des moments collectifs et apaisants, exemple des activités autour d'un jardin aromatique, un potager en kit qui se monte, se déplace, une déconnection verte autour d'un ouvrage collectif qui agit sur la performance individuelle
  • optimiser les dépenses et renforcer la responsabilité sociétale
Une véritable métamorphose de l'entreprise commence quand un grand dirigeant d'entreprise déclare « Ce n'est plus aux collaborateurs de s'adapter à l'entreprise, mais à l'entreprise de s'adapter à la multiplicité des profils »



Olivier LUISETTI

Lien :?

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant