Malformations à la naissance constatées notamment dans l’Ain, en Bretagne et en Pays de la Loire.

| traditionactu | Divers | Divers  Vu 36632 fois
Article N°21547

Malformations à la naissance constatées notamment dans l’Ain, en Bretagne et en Pays de la Loire.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes demande à la ministre de la Santé de faire la lumière sur la concentration de cas de malformations de nouveaux nés constatés dans l’Ain Préoccupé par de multiples cas de malformations de nouveaux nés dans l’Ain, Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, demande à la ministre de la Santé de faire toute la lumière sur toutes les hypothèses parmi lesquelles celle de l’exposition au risque sanitaire. Cette situation appelle, de manière urgente, une analyse approfondie des cas constatés et des causes probables.

Les résultats de cette expertise et les mesures envisagés devront être rendus publics dans une exigence de transparence qu'appellent les risques sanitaires. Alertée par Sylvie Goy-Chavent, Sénatrice de l’Ain et Conseillère régionale, la Région ne peut rester sans réagir face à cette situation sanitaire.
La Région propose à l'Etat de cofinancer un programme de recherche qui permettra de disposer, en toute transparence, des réponses attendues.
« La Région est prête à cofinancer les études qui permettront d’apporter la lumière à toutes les familles touchées car elles ont droit à la vérité, ainsi qu’aux habitants des communes concernées », a déclaré Laurent Wauquiez. 
Communiqué de Nesting WECF France  Cité de la Solidarité Internationale 13 Avenue Emile Zola  74100 Annemasse 
Tél. : +33 (0)4 50 83 48 10 E-mail : info(arobase)projetnesting.fr- Mardi 9 octobre 2018 - 
Bébés nés sans bras ou sans mains : les investigations doivent se poursuivre pour identifier les causes
Plusieurs associations publient une lettre ouverte demandant la poursuite des investigations pour identifier les causes de malformations à la naissance constatées notamment dans l’Ain, en Bretagne et en Pays de la Loire. Alors que les impacts des pollutions environnementales sur la santé des nouveau-nés sont un enjeu majeur de santé publique, les autorités ne peuvent laisser dans l’incertitude les parents et familles des victimes. Le 4 octobre, Santé Publique France avait annoncé la non-poursuite des investigations, dans un contexte où le REMERA, l’un des six registres de malformations existants sur le territoire national, pourrait être contraint de mettre fin à ses travaux faute de financements. Il est demandé aux autorités de poursuivre les investigations pour identifier les causes de ces malformations qui ont des conséquences à vie sur la santé des enfants.
Arrêter les investigations devant des cas de malformations constatés dans plusieurs zones rurales du territoire : une situation inacceptable 

Lien :http://traditionactu.tvlocale.fr

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant