Belleperche (82) Exposition Reflets de cuivre et clair de lune.... Les faïences lustrées du Royaume-Uni au XIXe siècle
Occitanie
S'identifier
WebTvArticlesAnnuaire
| Tarn-et-Garonne (82) | Faïence | Actualité  Vu 35663 fois
Article N°16058

Belleperche (82) Exposition Reflets de cuivre et clair de lune.... Les faïences lustrées du Royaume-Uni au XIXe siècle

Coïncidence ? Au moment où la reine d'Angleterre Elizabeth II fête ses 90, les Musée des Arts de la Table accueille durant toute la belle saison une exposition digne de l'Entente Cordiale entre la France et la Grande-Bretagne.


 

Plus de quatre cents pièces issues d'une grande collection privée française vous ouvrent le monde coloré, brillant, un peu « swing » pour des yeux français et toujours « so british » des «faïences de Jersey», céramiques populaires des années 1800-1930.

Au XIXe siècle et au début du XXe, les marins français qui transitaient sur les îles Anglo-Normandes ou dans les ports anglais les achetaient comme autant de petits trésors pour les offrir à leurs familles, d’où l’appellation toute faite par les Français de «faïences de Jersey», nom qui passa dans le langage courant et à la postérité. Elles n'étaient pas fabriquées à Jersey mais dans les grandes manufactures anglaises, galloises et écossaises.


Produites massivement à partir des années 1810, les faïences lustrées, recouvertes d'une fine pellicule métallisée à base d'or ou de platine, répondaient à une demande des classes moyennes et ont inondé les marchés anglais et américain.

Elles n’atteignaient pas un niveau de fabrication très élaboré et peuvent se ranger dans le registre de la production de masse, mais il existait plusieurs qualités, du bon marché à la portée de tout le monde jusqu’aux pièces coûteuses imitant l’argenterie, les services à dessert à lustre rose, les services à thé et à café, les objets rares tels les porte-montres, les porte perruques, les bouquetiers, les personnages, les animaux et des pièces commémoratives.

Les lustres cuivrés, les plus connus en France, étaient probablement ceux qui séduisaient davantage les marins et les voyageurs français.

Si les Britanniques ont industrialisé la technique des lustres métalliques, elle a toutefois été mise au point par les potiers de Perse et d'Egypte vers les IXe-Xe siècles de notre ère, avant de devenir la célèbre céramique hispano-mauresque de Valencia et Barcelone au Moyen Age.


Les industriels anglais ont eu le mérite de le redécouvrir, de l’adapter aux goûts contemporains, à leurs objectifs de production et de l’utiliser à grande échelle en la déclinant dans un très riche répertoire de formes et de styles.

Des pichets cuivrés jusqu'aux théières en « lustre rose clair de lune », en passant par les épagneuls aux taches dorées, les objets commémoratifs et les reliefs éclaboussés de couleurs vives, vos yeux vont en prendre plein la rétine !

 

 

Du 3 mai au 30 septembre 2016 au Musée des Arts de la Table à l'Abbaye de Belleperche, 121 route de Belleperche, 82700 Cordes-Tolosannes


Informations pratiques :

Accessible avec le billet d'entrée de l'abbaye :

1€ plein-tarif

0,50€ tarif réduit groupe à partir de 5 personnes

gratuit – 18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi, personne en situation de handicap et bénéficiaires de minima sociaux

Horaires :

du mardi au samedi 10h-18h

le dimanche 14h-18h

fermé le lundi et le dimanche matin


CP Abbaye de Belleperche

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant