Département du Tarn-et-Garonne: Soirée de commémoration du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918 @tarnetgaronne_CG @ChristianAstruc
PLAY VIDEO
| Reportage | [Armée - Défense] Commémoration | Centenaire 14-18 | Vu 2199 fois
[CD82] Vidéo N°15913

Un jour dans l'histoire
100 ans. Un siècle. Une éternité. Et pourtant, aujourd'hui, à l'occasion du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918, alors que tous ceux qui l'ont vécu ont disparu, le conflit de 14-18 ne nous semble pas si éloigné que ça. Il nous semble même extrêmement proche car il fait partie de notre histoire. Une histoire terrible, une histoire de feu, de fer et de sang, mais une histoire constitutive de notre nation et de celle de l'Europe, bien ancrée dans la mémoire collective et dans nos mémoires personnelles. Et effectivement, si ce conflit éminemment meurtrier a pris des dimensions gigantesques, par le nombre de pays impliqués, par la quantité d'hommes engagés, par la multitude de blessés, d'amputés et de morts, il a gardé pour chacun de nous une dimension personnelle, presque intime, parce que nous avons tous un aïeul, quelqu'un de notre propre famille, qui y a participé. C'est cette proximité qui provoque en nous ce sentiment d'appartenance et d'appropriation et qui donne à la célébration de ce centenaire toute sa dimension humaine et sensible.
Conscient de l'importance de cet événement, Christian Astruc, président du Conseil départemental, a tenu à ce que le Département s'implique fortement dans la commémoration de ce centenaire, tout en y associant la jeunesse et l'ensemble des communes tarn-et-garonnaises, ainsi que la direction de l'enseignement diocésain et la direction départementale de l'éducation nationale. C'est ainsi que la plaque commémorative créée pour l'occasion et qui a été dévoilée jeudi soir sur le parvis de l'Hôtel du Département, en présence de la sous-préfète Céline Platel, du président de l'association des maires Francis Labruyère, de nombreux élus et de militaires, sera apposée dans tous les collèges du département, publics comme privés, et a été offerte à toutes les communes afin qu'elle soit installée dans les écoles ou sur les monuments aux morts. Une façon de célébrer tous ceux qui ont participé à ce conflit, de favoriser le devoir de mémoire et de reconnaître, comme en témoigne tristement les listes de noms sur les monuments aux morts, que toutes les communes, partout sur le territoire, ont été touchées.
 
[CD82]

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant