GlobalGeoNews / John Wayne plus fort que la cancel culture
France Société
S'identifier
Changer de territoire
WebTvArticlesAnnuaire
| GlobalGeoNews | Culture | Divers  Vu 76997 fois
Article N°24433

GlobalGeoNews / John Wayne plus fort que la cancel culture

DR

Blanc, anticommuniste, pro-guerre du Vietnam, incarnant la virilité sans demi-mesure, John Wayne n’échappe plus depuis aux vaillants défenseurs du « Bien ». Des étudiants de l’Université de Californie du Sud ont en effet exhumé une interview publiée dans Playboy en 1971 dans laquelle Wayne aurait défendu une idée de la suprématie blanche et dénoncer la perversité de certains films. Héroïquement et sans appel, ils jugent l’acteur raciste et homophobe. Leur objectif : faire cesser une exposition lui étant consacrée, laquelle est désormais rangée dans les archives de l’Université. Aussitôt, des élus démocrates leur emboîtent le pas et demandent que soit débaptisé l’aéroport John Wayne de Santa Ana en Californie.

Pour eux tous, John Wayne est réductible à une seule interview, aussi contestable soit-elle. Sa filmographie et sa vie révèlent pourtant un John Wayne bien différent des quelques phrases prononcées il y a près de cinquante ans. Par Lionel Lacour.


S’il a joué dans presque tous les genres - policiers, romantiques, guerre, aventure ou film historique - il incarne pour tous les spectateurs le mythe du western. Propulsé star en 1939 avec La chevauchée fantastique tourné dans les décors de Monument Valley, il reste un héros de l’Ouest jusqu’à son dernier film Le dernier des géants en 1975.

Mais le mythe John Wayne se résume en trois autres westerns.

En 1956, John Ford le fait tourner pour la dixième fois depuis La chevauchée fantastique dans La prisonnière du désert. Le cinéaste sait depuis La rivière rouge d’Howard Hawks que John Wayne – The Duke est un bien meilleur acteur qu’il ne le croyait. Par son apparition et sa disparition mythiques de l’écran, le 1m93 de Wayne incarne Ethan Edwards, l’un des personnages les plus ambigus qu’il ait eu à incarner, loin des héros positifs habituels qui lui vont si bien d’habitude, même quand il joue un bandit comme dans  Le fils du désert en 1948. Ethan est un ancien officier sudiste, mercenaire pour l’armée du Mexique, amoureux de la femme qui a épousé son frère, arrogant, imbus de sa personne et raciste envers les Indiens. Mais Ethan est aussi charismatique, opiniâtre et parle la langue de ses ennemis. Wayne propose un jeu tout en nuances. (...) 


Retrouvez l'intégralité de cet article sur GlobalGeoNews.com


Lionel Lacour

Lien :https://www.globalgeonews.com/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...
Rechercher un TERRITOIRE ou un BLOG