Eolien en mer : réactions des présidents de trois régions concernées par le sujet.

Eolien en mer : réactions des présidents de trois régions concernées par le sujet.

| traditionactu | Energie renouvelable | Hydroliennes  Vu 3610 fois
Article N°21911

Eolien en mer : réactions des présidents de trois régions concernées par le sujet.

Pour Renaud Muselier, "une avancée non négligeable", Carole Delga, "le gouvernement a tout faux et doit revoir sa copie » Nouvelle Aquitaine :  la France choisit le scénario catastrophe !!!

Renaud Muselier,  Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, une avancée non négligeable  aux annonces du Ministre de la Transition écologique pour développer les énergies marines renouvelables « Je me suis entretenu avec le Ministre de la transition énergétique François De Rugy suite à la présentation de la Programmation Pluri annuelle de l’Énergie (PPE) et des annonces du Gouvernement sur l’éolien flottant.
Je suis bien conscient que ces annonces ne correspondent pas aux attentes et aux ambitions de la filière, mais elles sont un premier pas. Cette première étape doit permettre l’amorçage de cette filière industrielle indispensable pour faire de la transition énergétique une réalité en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un appel d’offre sera lancé en 2023 en Méditerranée pour une puissance de 250MW. J’aurais préféré un calendrier plus resserré mais c’est une avancée non négligeable.
Cela permettra de prouver la compétitive de l’électricité produite par les énergies marines renouvelables, que je soutiens vivement dans le cadre de mon Plan climat. Ainsi dans les années qui suivent, cette puissance pourra aller jusqu’à 1GW pour l’ensemble des deux façades atlantique et méditerranéenne. La région Sud dispose de tous les atouts pour développer cette filière, et nous continuerons à épauler l’ensemble des acteurs régionaux dans leur projet » a déclaré Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Député européen.

Carole Delga, région Occitanie: « Eolien en mer flottant : le gouvernement a tout faux et doit revoir sa copie »
« Par le calendrier et les volumes annoncés aujourd'hui par le Ministre de la Transition écologique et solidaire François De Rugy - 500 MW, dont 250 MW lancés en Bretagne en 2021 et 250 MW en Méditerranée en 2022 - le gouvernement tourne le dos à la filière éolienne en mer flottante qui est pourtant stratégique pour l'avenir énergétique et l'économie verte de notre pays.
Si ce schéma et ce calendrier se confirment, la France s'exclut définitivement de la dynamique internationale de l'éolien en mer pour laquelle de très nombreux groupes industriels français et PME sont déjà mobilisés, particulièrement en Occitanie.
Il est certain que ce choix hypothèquerait la création de centaines d'emplois sur nos territoires annoncés par 500 chefs d'entreprises, chercheurs ou encore universitaires réunis à mes côtés le 15 novembre dernier à Narbonne. Le développement économique se ferait alors au bénéfice de pays étrangers, et le savoir-faire acquis, qui fait aujourd'hui de la France le leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, serait considérablement mis à mal.
Je ne peux m'y résoudre pour l'Occitanie, pour la Méditerranée et pour mon pays. Je demande donc à l'Etat de revoir sa copie à l'occasion de la concertation qui va être lancée et d'être à la hauteur des enjeux environnementaux et économiques auxquels nous devons faire face.
Le Président de la République Emmanuel Macron doit répondre à l'appel des industriels et des présidents de Région, et entendre nos concitoyens. Il est nécessaire d'assurer et d'accélérer le développement de l'éolien en mer, première source d'électricité renouvelable en devenir pour notre région et notre pays ». Carole Delga

Nouvelle Aquitaine : Pour les Régions et les industriels, la France choisit le scénario catastrophe
Coup de tonnerre sur Brest hier avec les annonces du ministre de la Transition écologique et solidaire, sur l'avenir de l'éolien en mer en France : le Gouvernement affirme ses ambitions, mais ne propose qu'un développement très limité de l'éolien en mer posé et flottant en France dans les prochaines années avec, dans le meilleur des cas, 5 GW en service en 2028 alors que les professionnels et les territoires en proposaient 10. 
Alors que la France, qui s'est positionnée en championne de la lutte contre le changement climatique par la voix du Président de la République, a ouvert des perspectives fortes et claires sur le développement des énergies renouvelables, la réalité des annonces sur l'éolien en mer ne correspond pas à ce discours. Ces dernières remettent en cause les modèles économiques de la filière et des territoires proposés dans le cadre de la transition énergétique et laissent présager d'un scénario catastrophe pour le développement d'une filière de l'économie maritime pourtant compétitive et prometteuse, créatrice aujourd'hui et demain de milliers d'emplois non délocalisables. 
Les Régions Bretagne, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur ont déjà pris, aux côtés des industriels et entreprises, toutes les initiatives nécessaires à l'accompagnement du développement de la filière, notamment par le biais d'investissements massifs et d'appui aux écosystèmes d'entreprises. La France s'exclurait de facto de la dynamique internationale de l'éolien en mer. Les acteurs industriels de la filière ont investi pour créer et concevoir des usines, poursuivre leurs innovations technologiques et se sont engagés pour atteindre une très forte compétitivité. Ensemble, ils ne peuvent laisser un tel scénario se produire. 
Les Régions et les représentants de la filière demandent au Gouvernement de revoir sa feuille de route pour la filière de l'éolien en mer afin de répondre à l'ambition portée collectivement (a minima 1 GW par an) et demandent à être reçus au plus tôt par le Premier Ministre.
Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine; Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne ; Hervé Morin, Président de la Région Normandie ; Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie ; Christelle Morançais, Présidente de la Région Pays de la Loire ; Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, député européen ; Olivier Perot, Président de France Energie Eolienne (FEE) ; Jean-Louis Bal, Président du Syndicat des énergies renouvelables (SER)  ; Frédéric Moncany de Saint-Aignan, Président du Cluster maritime français.

A propos de France Energie Eolienne 
Créée en 1996, France Energie Eolienne est le porte-parole des professionnels éoliens français. Les 315 membres de FEE ont construit plus de 90% des turbines installées sur le territoire français et en exploitent plus de 85%. 
FEE consolide les problématiques et expériences vécues au quotidien par ses différents membres et s'appuie sur leurs expertises pour formuler des prises de position claires et précises au nom de la filière. Elle sert d'interlocuteur des pouvoirs publics, des élus, de la presse et de la société civile et répond à leurs demandes et sollicitations. 
FEE informe également les professionnels sur l'évolution des politiques publiques liées à l'éolien. Enfin, FEE fédère ses membres et les met en relations entre eux.

Lien :http://traditionactu.tvlocale.fr

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant