Hegoak : chant politique et chant d'amour ?

PLAY VIDEO
| Reportage | [Musique] Divers | Divers | Vu 2147 fois
[Pierre Haertelmeyer] Vidéo N°15646

Si je lui avais coupé les ailes,
Il aurait été à moi,
il ne serait pas parti
Mais ainsi
Il n'aurait plus été un oiseau,
Et moi
C'est l'oiseau que j'aimais.

Il s'agit d'un poème écrit en 1965 (Sous le joug franquiste donc) par JoxeAntton ARTZE mis en musique par Mikel LABOA dans lequel l'oiseau est un symbole de liberté. Mikel Laboa  "Un soir, peut-être en 1968, je suis allé dîner dans un restaurant de San-Sebastian. Le poème, qui n'était pas encore paru, était imprimé sur les serviettes. C'était un acte de résistance contre l'interdiction faite par le régime franquiste d'utiliser la langue basque. Il m'a beaucoup plu. Quand nous sommes rentrés à la maison je l'ai mis en musique. Je crois qu'il m'a fallu très peu de temps". 
[Pierre Haertelmeyer]

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant