Colomiers : concert piano Miguel Ángel Estrella @. Miguel Ángel Estrella #concert #pianist #Colomiers #TvLocale-fr
| Colomiers | Concert | Actualité  Vu 55778 fois
Article N°16915

Colomiers : concert piano Miguel Ángel Estrella @. Miguel Ángel Estrella #concert #pianist #Colomiers #TvLocale-fr

Voici quelques jours à Colomiers, un extraordinaire pianiste connu en Amérique latine et partout dans le monde, est venu à la salle Gascogne pour un récital de musique classique et traditionnelle d’Argentine. Nous avions voici quelques temps fait l’éloge de ce grand Monsieur, je vous invite à le découvrir enfin sur notre petite scène en territoire Occitanie et je vous invite également en page article sur TVlocale.fr, de se pencher longuement sur l’histoire extraordinaire de ce petit garçon qui a l’âge de 12 ans a décidé de devenir pianiste…
Je remercie vivement Miguel Angèl (et Hélène  Dupont son amie  de Colomiers) de m’avoir permis la seule interview, toutes les autres demandes que ce soit la presse écrite ou télévisée n’ont pas eu cet honneur ; nous étions partis pour trois minutes maximum mais si je ne l’avais pas arrêté cela aurait été pour au moins une heure
Le pianiste Miguel Angel Estrella
Depuis sa libération en 1980, Miguel Angel Estrella, poursuit son itinéraire de musicien social en donnant à travers le monde, récitals, concerts avec orchestre, animations , accompagnant inlassablement ses interprétations, de témoignages vécus au contact des publics qu’il rencontre, particulièrement parmi les jeunes et les populations les plus pauvres.Les distinctions et les prix qui lui ont été décernés au cours des années dans plusieurs pays, témoignent de son exceptionnelle qualité de pianiste, mais aussi de sa profonde valeur humaniste et sociale

Dieu, dieux, certains hommes s’octroient ce titre honorifique  par usurpation par conviction aussi…moi j’ai rencontré un homme qui s’en approche, il ne le revendique pas, surtout pas, il est  un simple  bonhomme  qui joue  du piano comme d’autres sont agriculteurs, enseignants,  médecins, comme  tant d’autres  qui essaient de servir et mettre à disposition leur  maigre tallent au service des autres  laissez-moi vous  parler de lui .


Enfance :
né dans la province de Tucuman, au nord de l’Argentine, Miguel Angel passe une enfance heureuse à Vinara, petit Hameau  pauvre ou la culture précolombienne a laissé des traces encore perceptibles aujourd’hui.
Le sens chrétien de la vie et le goût du merveilleux sont toujours profondément dans les traditions ancestrales latino américaines. Au sein d’une famille modeste de trois enfants mais ouverte quotidiennement à des qualités autres, toujours accueilli, il connaîtra la tendresse et la chaleur d’un foyer uni. Sa mère Anna maria, institutrice, son père agriculteur et poète ainsi qu’une grand-mère dont la personnalité pleine de saveur marquera à jamais ses petits-enfants, apporteront à la vie familiale charme, exigence et attention aux autres, surtout aux plus pauvres.
La pratique artistique se respire chez les Estrella comme spontanément, avec les moyens du bord et toujours avec le souci du partage. On chante, on danse, on écoute des poèmes, des légendes et des contes. Miguel se souvient des séances de fabrication de marionnettes à la maison où l’on ne gaspille rien en vue de monter un spectacle et de l’offrir aux enfants défavorisés. Joie partagée et folle créativité que l’on n’oubliera pas.
Ce lieu, je l’aime, dira Miguel au cours d’une interview, c’est là que j’ai grandi, entouré d’amour et de joie

A l’âge de douze ans, alors que son père l’emmène pour la première fois au concert, Miguel Angel Estrella a la révélation passionnée du piano. Il est saisi littéralement par la volonté de devenir pianiste. La famille croit à son talent mais les obstacles sont grands. L’argent manque pour envisager une bourse d’étude à la ville et l’enfant est trop jeune pour quitter encore le nid familial. Devant le désespoir du jeune adolescent impatient, sa mère lui dit un jour
: « Mon petit, tu es sans doute capable de voler très haut. Mais pour voler très haut tu as besoin de racines fortes ». A son corps défendant, Miguel Angel attendra ses 18 ans pour commencer ses études à Buenos Aires avec Orestes Castronuovo, Erwin Leuchter et Celia de Bronstein.

Le jeune musicien social
En 1965 il se rend pour la première fois à Paris et à Londres où Vlado Perlemuter, Yvonne Loriod, Marguerite Long et surtout Nadia Boulanger seront ses maîtres. Sa carrière va prendre rapidement une envergure internationale, il obtient de nombreux prix. Son mariage avec Martha, une merveilleuse cantatrice, va le confirmer dans sa vocation de musicien social. «Très jeunes, dès 1960, ma femme et moi, nous voulions prouver que la musique était un langage universel destiné à tous et pas seulement aux élites. Nous, des pauvres de la classe moyenne, nous allions dans les bidonvilles, à la rencontre des publics défavorisés de travailleurs, de paysans, d’Indiens, jouer Brahms et César Frank que l’on mêlait à la musique des habitants. Leur façon d’écouter avec pureté et naturel nous impressionnait beaucoup.»

Les années sombres
En 1976, ce travail pour améliorer la qualité de la vie des gens et tendre à ce que la musique fasse partie de leur vie quotidienne, était devenu une pratique continue. Une association est créée qui fonctionnait assez bien quoique dérangée par le gouvernement militaire de l’époque en Argentine qui a vu dans le succès de cette démarche sociale auprès de nombreux musiciens, un danger...Miguel se voit obligé de chercher refuge en Uruguay.
C’est là pourtant que, par le dispositif perfide du plan Condor qui tissait un réseau à travers divers pays d’Amérique latine, Miguel sera enlevé en 1977,emprisonné et torturé jusqu’en 1980.
C’est le temps des épreuves: en 1967, Martha tombait gravement malade et mourait deux ans près, laissant deux jeunes enfants douloureusement atteints par la double tragédie de cette mort etde l’arrestation de leur père.
Durant toute cette période puis enfin lors de sa libération, Miguel puisera dans sa foi, dans la musique qui l’habite et l’amour des siens, la lumière et l’espérance pour le chemin à reconstruire.

Grâce à une vaste campagne de solidarité mobilisant des musiciens et des personnalités du monde entier tels que Yehudi Menuhin, Henri Dutilleux, Simone Signoret, Marcel Landowski, Costa Gavras, Danielle et François Mitterrand, Jacques Chaban Delmas....ainsi que de grandes organisations comme Amnesty International, l’Acat, l’Unesco, la Cimade, la croix Rouge Internationale, le Vatican.... Miguel quitte définitivement la prison Libertad de l’Uruguay...

le 12 Février 1980 La France l’accueille avec sa famille. Il y recevra la Légion d’Honneur en 1985 des mains de François Mitterrand. Il obtiendra la Nationalité Française C’est dans la prison que l’idée de «Musique espérance» est née. Miguel raconte l’évènement «Au moment des premières séances de torture, je disais à Dieu«Seigneur, j’ai déjà fait beaucoup de choses. J’ai fait l’option pour les pauvres. J’ai quarante ans, je suis jeune et je veux maintenant réaliser quelque chose d’encore beaucoup plus grand. Je voudrais faire une musique contre la torture,contre la haine, contre l’apartheid, contre toutes les forces du mal qui habitent les êtres. Et je répétais tellement: CONTRE ceci, cela ...que j’ai entendu ma propre voix comme un murmure , comme un secret: «arrête avec ces contre,et pense un peu à construire»
C’est alors qu’a surgi l’idée de faire une musique pourl’Espérance, devenue aujourd’hui «Musique Espérance»

Le 10 Décembre 1982, est créée la Fédération Internationale Musique EspéranceEn 1992, la Fédération Internationale Musique Espérance, Association Loi 1901, est devenue ONG entretenant des relations opérationnelles avec l’Unesco.
Buts et objectifs:
-Mettre la musique au service de la communauté humaine et de la dignité de chaque personne
-Apporter la musique dans tous les secteurs de la société et en priorité dans les lieux défavorisés.
-Promouvoir en tous les pays, la musique populaire issue des cultures locales enracinées dans les traditions les plus authentiques. Oeuvrer pour la Paix en rendant à la musique son rôle de communication solidaire entre les hommes et entre les peuples.-Lutter contre l’utilisation commerciale de la musique et contre l’esprit de compétition source de conflits.

DISTINCTIONS
1963 Prix du ministère de la Culture d’Argentine
1960 et 1963 Prix du fonds National des Arts d’ Argentine
1964 Prix International de la Chancellerie Argentine
 1965 Boursier du Gouvernement Français
1967 1er Prix du Mozarteum
1968 Prix de l’Ambassade de France en Argentine
1969 Prix international Pro Musicis
1971 Boursier du British Council du Royaume Uni
1983 Prix de la critique du disque ( France)
1983 Désigné « Personnalité de l’ Année» (France)
1984 Nommé Chevalier des Arts et des Lettres(France)
1985 Médaille d’or du Ministère de la Jeunesse et des Sports (France)
14 Juillet 1985 Chevalier de la Légion d’Honneur (France)
2 février 1988 Docteur Honoris Causa de l’Université Catholique de Louvain
27 Septembre 1988 Ambassadeur de Bonne Volonté auprès e l’UNESCO
2 Juin 1989 Docteur Honoris Causa de l’Université de Lille III-CH. De Galle
1990 Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres (France)
2000 Prix Nansen. Prix international de la Paix des Nations-Unies pour les trois Amériques
Prix de la Vocation artistique (Argentine)
2001 Prix Mohamed VI du Maroc pour le travail au service de l’Enfance.
2002 Prix Khalil Gibran décerné par la communauté arabe d’Argentine Nommé « professeur émérite » à l’Université de Lanus Octobre 2003 Nommé Ambassadeur d’Argentine auprès de l’UNESCO
•Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.
•Il est Chevalier de la Légion d'Honneur (France)
•Daniel Balavoine lui a dédié sa chanson "Frappe avec la tète" en 1983

 remerciements à KARAVANE PRODUCTIONS pour leurs informations et documentation
KARAVANE PRODUCTIONS

christian GARCIA

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant